Liens d'accessibilité

Arrestation d’anciens leaders Khmer Rouge


L’ex-leader Khmer Rouge Khieu Samphan a été arrêté. Il est le cinquième ancien haut responsable Khmer Rouge à être détenu par le tribunal cambodgien habilité à juger les responsables des atrocités commises sous ce régime. Le gouvernement Khmer Rouge est responsable de la mort de plus d’un million 700 mille Cambodgiens, victimes, entre 1975 et 1979, de tortures, d’exécutions, de famine ou de travaux forcés.

Khieu Samphan était un proche collaborateur de Pol Pot, le leader Khmer Rouge mort en 1998. KhieuSamphan avait rejoint le mouvement Khmer Rouge en 1967 et avait occupé des postes de leadership au cours des quatre ans du régime et pendant la guerre civile qui a suivi. Il a nié toute responsabilité dans les atrocitéscommises par les Khmer Rouge.

Parmi les autres anciens hauts responsables Khmer Rouge récemment arrêtés : Ieng Sary et sa femme, et l’ex-ministre des Affaires sociales Ieng Thirith. Ieng Sary et Ieng Thirith sont inculpés de crimes contre l’humanité. Kaing Khek Iev a été arrêté en août. Il a admis avoir été chef de la prison S-21, à Phnom Penh, où les Khmer Rouge avaient torturé des prisonniers et les avaient contraints à avouer toutes sortes de crimes avant de les tuer. Nuon Chea, l’idéologue principal du mouvement, est également en détention.

Le tribunal cambodgien entamera vraisemblablement les procès l’an prochain. La cour est composée de magistrats cambodgiens et internationaux ; elle a été établie dans le cadre d’un accord signé en 2003 entre les Nations-Unies et le gouvernement du Cambodge.

Les Etats-Unis appuient fermement le principe de traduire en justice les responsables des atrocités commises par le régime communiste Khmer Rouge. Au cours de la dernière décennie, les Etats-Unis ont fourni plus de 7 millions de dollars aux efforts de recherche sur les crimes perpétrés par les Khmer Rouge.

Pratiquement tous les 13 millions de Cambodgiens ont perdu des membres de leurs familles sous le régime Khmer Rouge. Pour que le pays puisse aller de l’avant, il est vital de tenir les leaders Khmer Rouge responsables de leurs crimes. Le respect de la primauté du droit et la présence d’institutions de justice sont le meilleur moyen pour le Cambodge de se défendre dans l’avenir contre des abus et d’honorer la mémoire de ceux qui ont perdu la vie ou des membres de leur famille sous les Khmer Rouge.

XS
SM
MD
LG