Liens d'accessibilité

Coup d'état en Mauritanie


En Mauritanie, des généraux de l’armée ont renversé le régime du président Sidi Ould Cheikh Abdallahi et mis en place une junte militaire. Ce qui avait commencé comme une controverse au sujet du leadership présidentiel et militaire dans cette jeune démocratie s’est transformé en crise constitutionnelle, entamant les progrès importants accomplis dans l’une des toutes nouvelles démocraties africaines.

Les informations des médias en provenance de Nouackchott, la capitale, indiquent que le coup de force s’est produit sans violence, mais la ville a été le théâtre de diverses manifestations contre cette prise de pouvoir inconstitutionnelle. Le président Sidi Ould Cheikh Abdallhi, son Premier ministre et son ministre de l’Intérieur ont été arrêtés, et les bureaux du gouvernement et des média locaux ont été temporairement fermés.

Suite à l’élection de Monsieur Abdallahi, l’an dernier, ce pays, en grand partie désertique, était sur le point de s’engager sur la voie des progrès sociaux et politiques qui lui avait été déniés sous le régime autoritaire précédent. La situation géographique de la Mauritanie en fait un pont entre l’Afrique du Nord, à majorité arabe, et l’Afrique de l’Ouest sub-saharienne. Ce pays est également un allié clé des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme, aidant à combattre les éléments d’al-Qaida qui s’entraînent et lancent des attaques à partir de camps établis dans le Sahara.

Quels que soient les problèmes que les nouveaux leaders militaires imputent à Monsieur Abdallahi, ils n’ont reçu aucun soutien pour leur action inconstitutionnelle de la part de la communauté internationale. L’Union africaine a condamné ce coup de force et dépêché un émissaire pour encourager le retour à un gouvernement démocratique. Les Etats-Unis ont également condamné ce coup d’état dans les termes les plus fermes. La France, la Grande-Bretagne, l’Espagne et l’Union européenne se sont aussi élevés contre le putsch. La junte militaire en Mauritanie dit qu’elle tiendra des élections, mais sans préciser de date. Le gouvernement légitime, constitutionnel et démocratiquement élu doit être rétabli immédiatement et tous les leaders emprisonnés doivent être remis en liberté.

XS
SM
MD
LG