Liens d'accessibilité

Tchad : Human Rights Watch demande à N’Djamena de s’expliquer sur la disparition de deux leaders d’opposition


Le gouvernement tchadien a annoncé avoir placé en résidence surveillée l’ancien président et opposant Lol Mahamat Choua et ce, dans un souci d’apaisement. Celui-ci avait été arrêté le 3 février dernier, en même temps que deux autres opposants dont on est toujours sans nouvelles - Ngarlejy Yorongar et Ibni Oumar Mahamat Saleh.

Les organismes internationaux de défense des droits de l’homme se disent très inquiets à leur sujet. Amnesty International a accusé mardi le gouvernement français de dissimuler les informations dont il dispose dans ce dossier. Selon Amnesty, les autorités françaises savaient dès le 11 février que les trois opposants avaient été arrêtés au moment de l’entrée des rebelles dans N’Djamena et qu’ils étaient détenus à la direction des renseignements généraux.

Le président français Nicolas Sarkozy est attendu mercredi au Tchad pour discuter du sort des opposants tchadiens portés disparus. D’après le porte-parole de la présidence, Nicolas Sarkozy exigerait du président Idriss Déby l’ouverture d’une enquête internationale.

Pour sa part, Human Rights Watch, organisation basée à New York, a publié mardi un rapport exhortant le gouvernement tchadien à s’expliquer sur le sort de MM. Yorongar et Saleh. Malgré nos appels répétés aux autorités de N’Djamena, nous n’avons pas obtenu de réaction à ces accusations.





XS
SM
MD
LG