Liens d'accessibilité

Après le Rwanda, le président Bush est au Ghana


George Bush doit s’entretenir aujourd’hui avec son homologue ghanéen, John Kufuor, des efforts de paix et de la lutte contre les maladies en Afrique. Egalement au programme du chef de l’exécutif américain : la visite d’une école internationale et d’un centre de formation professionnelle financé par les Etats-Unis.

Avant de se rendre au Ghana, le président Bush avait passé la journée de mardi au Rwanda. George et Laura Bush s’y sont rendus au Mémorial du génocide à Kigali pour y déposer une couronne de fleurs sur la tombe collective où sont enterrés les restes de 238 000 victimes des massacres de 1994.

Le couple présidentiel a ensuite visité le musée où le génocide est décrit par le biais de photos, vidéos et autres piéces. Le président Bush a ensuite déclaré : « C’est un endroit émouvant où on ne peut que se sentir ému jusqu’au tréfonds de son être. Cela me rappelle qu’on ne doit jamais laisser de tels actes se produire. » Le chef de l’exécutif américain a noté que les Rwandais ont besoin d’aide pour se réconcilier et progresser après cette période brutale.

Le président Bush a aussi mis l’accent sur ses efforts pour stopper ce qu’il a appelé « le génocide en cours au Darfour, dans l’ouest du Soudan ». Et lors d’une conférence de presse conjointe avec le président rwandais Paul Kagame, il a remercié ce dernier pour son leadership au niveau du déploiement de la force hybride ONU-Union Africaine dans cette région soudanaise en proie à la violence.

Le président Bush a annoncé l’octroi de 100 millions de dollars d’assistance aux forces de maintien de la paix des pays suivants : Rwanda, Sénégal, Burkina Faso, Ghana, Ethiopie, Tanzanie et Malawi. 12 millions de cette somme serviront à la formation et à l’équipement de 2 400 soldats de la paix rwandais, en plus des 7 000 hommes de l’armée rwandaise déjà entraînés par les Etats-Unis.

Pour le président Kagame, les 100 millions de dollars d’assistance vont aider les Africains à résoudre eux-mêmes leurs problèmes sans nécessité de troupes venant de l’extérieur du continent. L’une des raisons du retard dans le déploiement de la force mixte ONU/UA au Darfour est l’exigence par Khartoum que ces troupes soient composées essentiellement de militaires africains.

Signalons également la signature par les présidents Bush et Kagame d’un traité pour favoriser les investissements entre les deux pays. Il s’agit d’un résultat concret de la visite de George Bush au Rwanda, a souligné Marie-Immaculée Ingabiré, éditrice du Forum des Femmes, publié à Kigali.

XS
SM
MD
LG