Liens d'accessibilité

Dorothy Height s’est éteinte mardi à 98 ans


Dorothy Height s’est éteinte mardi à 98 ans

Dorothy Height s’est éteinte mardi à 98 ans

Dorothy Height, militante des droits civiques, est décédée le 20 avril à l’âge de 98 ans. Cette grande personnalité engagée dans le combat contre le racisme, la lutte auprès des femmes et la cause humanitaire a également été conseillère de plusieurs présidents, notamment de Franklin Roosevelt et de Barack Obama. Plus que tout autre leader noir du vingtième siècle, Dorothy Height a été un témoin-clé de l’histoire des droits civiques.

Dès son plus jeune âge, alors qu’elle vit à Rankin en Pennsylvanie, elle estime avoir pour mission d’aider son prochain. Douée et avide d’apprendre, Dorothy Height participe à un concours oratoire de Barnard College, à New York. S’exprimant sur la Constitution américaine, elle remporte ce concours avec, à la clé, une bourse universitaire de quatre ans. C’est dans le milieu universitaire qu’elle est confrontée pour la première fois au racisme manifeste.

<!-- IMAGE -->

« J’ai été acceptée à Barnard College, dit-elle, mais l’admission m’a été refusée à mon arrivée, car ils avaient un quota de deux Noirs, et ils ignoraient que je n’étais pas blanche. » Le jour même, Dorothy Height postule à l’Université de New York, où elle est acceptée et obtient sa licence et sa maîtrise en quatre ans.

Animée par sa volonté de contribuer à l’évolution sociale, elle s’engage aux côtés de Mary McLeod Bethune, la fondatrice du Conseil National des Femmes Noires, une organisation dont Mme Height deviendra plus tard la présidente. Elle a aussi été conseillère auprès de l’ancienne première dame Eleanor Roosevelt pour les questions relatives à la femme.

La militante a rencontré Martin Luther King alors qu’il était un collégien de quinze ans, encore indécis au sujet de ses projets d’avenir. « Dix ans plus tard, il devenait mon leader, » expliquait Dorothy Height, qui travailla à ses côtés au sein du mouvement des droits civiques dans les années cinquante et soixante.

Pour elle, l’abolition de la ségrégation raciale aux Etats Unis a été le plus grand progrès dont elle a été témoin dans ces années de lutte : Je pense que le plus grand défi en ce qui concerne ceux qui sont allés en prison en chantant We Shall Overcome est qu’ils puissent trouver des ouvertures économiques. La loi a beau changer, sans promotion économique, ils ne pourront pas en bénéficier. »

Dorothy Height a reçu les plus hautes distinctions américaines, parmi lesquelles la médaille présidentielle de la liberté et la médaille d’or du Congrès, respectivement en 1994 et 2004. En 2003, Madame Height a publié ses mémoires intitulés « Ouvrez toutes grandes les portes de la liberté ». Soixante quinze ans après lui avoir fermé la porte au nez, Barnard College a fait de Dorothy Height une de ses diplômées honoraires, reconnaissant l’injustice de l’exclusion d’alors.

XS
SM
MD
LG