Liens d'accessibilité

Russie : au moins 12 morts au Daguestan, Umarov revendique les attentats de Moscou


Deux jours après le double attentat-suicide contre le métro de Moscou, deux attentats-suicide ont fait au moins 12 morts, mercredi, à Kizlyar, au Daguestan. Des militants islamistes ont revendiqué la responsabilité des attaques de la capitale russe.

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, s’en était pris à eux, mardi, assurant qu’ils seront « détruits…» Il y va de l’honneur des responsables de la sécurité de sortir des militants des égouts pour les exposer au grand jour, avait souligné Poutine en se disant persuadé que les coupables seront retrouvés.

Le leader séparatiste tchétchène Doku Umarov a revendiqué la responsabilité des attaques de Moscou, mettant ainsi à exécution ses menaces de janvier dernier. « Les Russes, avait-il dit, n’ont pas compris que la guerre arrivera dans leurs rues, leurs maisons et leurs villes ; s’ils pensent que la guerre n’a lieu que sur les écrans de télévision et dans le distant Caucase, nous entendons leur prouver que la guerre viendra à eux », avait déclaré Doku Umarov, ajoutant que l’activité militaire de son groupe sera désormais étendue à l’ensemble de la Russie.

La Russie a mené deux guerres contre les séparatistes tchétchènes dans les années 90. Le bilan de ces campagnes militaires est estimé à quelques 100 000 morts ; ce qui a donné naissance au groupe des « veuves noires », des femmes ayant perdu leurs époux, pères, fils et frères dans cette violence, et qui ont choisi de devenir des kamikazes.

Selon le quotidien « Moscou Times », des femmes étaient impliquées dans 2/3 des quelques 40 attaques rebelles ayant fait 900 morts en Russie depuis 2001. Les « veuves noires » sont soupçonnées dans le double attentat de Moscou.

Beaucoup d’analystes se demandent si Moscou pourra tenir sa promesse d’éliminer les terroristes.Sergei Arutyunov, chef du département Caucase à l’Académie russe des sciences, est d’avis que des efforts de Moscou dans ce sens pourraient galvaniser les séparatistes ; ce qui pourrait alors augmenter le bain de sang étant donné que certains dirigeants tchétchènes recourent au meurtre des rebelles faire taire leurs critiques, a-t-il expliqué.

Le Kremlin a installé des dirigeants qui lui sont loyaux à la tête des républiques du Caucase, notamment le président Ramzan Kadyrov de Tchétchénie. Les groupes de défense des droits de l’Homme accuse Kadyrov et ses forces d’enlèvements et d’exécutions extrajudiciaires dans le cadre de la lutte contre les insurgés.

Le gouvernement est soupçonné dans le meurtre non élucidé de la journaliste Natalya Estemirova, qui cherchait à faire la lumière sur des allégations d’enlèvements, de torture, de meurtres, de corruption et pots-de-vin dont seraient coupables des policiers, des juges et d’autres autorités de Tchétchénie.

XS
SM
MD
LG