Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis et la Russie signeront, en avril, un traité réduisant d’un tiers leurs arsenaux nucléaires


Les Etats-Unis et la Russie signeront, en avril, un traité réduisant d’un tiers leurs arsenaux nucléaires

Les Etats-Unis et la Russie signeront, en avril, un traité réduisant d’un tiers leurs arsenaux nucléaires

Les négociateurs russes et américains ont mis la dernière main sur le nouveau traité sur les armes stratégiques que le Etats-Unis et la Russie signeront, le 8 avril prochain à Prague, en République tchèque. Ce traité réduira d’un tiers leurs stocks respectifs d’armes nucléaires à longue portée. Le président américain Barack Obama a dit en avoir discuté aujourd’hui, au téléphone, avec son homologue russe, Dmitri Medvedev.

<!-- IMAGE -->

Le nouveau traité remplacera START 1, signé en 1991 par les anciens présidents américain et soviétique, George Herbert Walker Bush et Mikhail Gorbachev, et qui a expiré en décembre dernier. Le nouveau traité START maintient la flexibilité nécessaire à la sécurité nationale et garantie les engagements des Etats-Unis vis-à-vis de leurs alliés, a déclaré le président Barack Obama.

Pour Daryl Kimball, directeur de l’Association pour le contrôle des armements, une firme privée de recherche, START 1 a aidé à mettre un terme à la Guerre froide. « Ce traité a ramené de 10.000 à 6.000 le nombre d’ogives nucléaires déployées et a limité à 1.600 le nombre total des missiles et bombardiers stratégiques de chaque partie pouvant d’être équipés de ces ogives », a expliqué Kimball, en soulignant que la Russie et les Etats-Unis ont atteint ces limites en 2001.

Depuis l’avènement de START 1, les deux pays ont réduit davantage leurs arsenaux nucléaires et ont convenu, en avril dernier, d’entamer de nouvelles négociations sur la question, a souligné le directeur de l’Association pour le contrôle des armements.

<!-- IMAGE -->

« Le nouveau traité ramènera à moins de 800 le nombre des missiles et bombardiers stratégiques de chaque partie. Il fixera également à 1.550 le nombre d’ogives nucléaires déployées par chaque pays, les Etats-Unis en comptant environ 2.100 et la Russie un peu plus de 2.200 », a souligné Daryl Kimball, ajoutant que cela représentait une réduction de 25 à 30% pour chaque pays.

En plus de ces réductions, le nouveau traité contiendra également des dispositions strictes en matière de vérification, relève de son côté, John Isaacs, directeur du Centre pour le contrôle des armements et la non-prolifération.

« 20 ans après la Guerre froide, le fait est que les Etats-Unis ne font pas tout à fait confiance aux Russes et vice versa. Il y aura donc des procédures strictes de vérification – probablement moins strictes que celles convenues sous START 1 – mais néanmoins substantielles », a-t-il souligné.

Le nouveau traité START devra être ratifié par la Douma, la chambre basse du parlement russe, le Sénat américain, où au moins 67 des 100 sénateurs devront l’approuver. Rien n’est acquis de ce côté, dans un Congrès qui sort d’un débat partisan sur la réforme de l’assurance-maladie, fait remarquer John Isaacs du Centre pour le contrôle des armements et la non-prolifération.

XS
SM
MD
LG