Liens d'accessibilité

Des ONGs encouragent les Hispaniques à faire des études supérieures


Des ONGs encouragent les Hispaniques à faire des études supérieures

Des ONGs encouragent les Hispaniques à faire des études supérieures

<!-- IMAGE -->

La fécondité des Hispaniques en fait une minorité dont le poids démographique ne cesse de s'accroitre aux États-Unis. Mais en même temps, les élèves hispaniques sont ceux qui accèdent le moins souvent aux études supérieures.

Le président américain Barack Obama a annoncé récemment le don de son prix Nobel d'environ 1,4 million de dollars à dix organisations caritatives, dont le « Hispanic Scholarship Fund », le Fonds boursier hispanique. Cette organisation, tout comme le « Hispanic College Fund », le Fonds hispanique pour l'université, cherche à encourager les élèves d'origine latino-américaine à poursuivre des études supérieures.

Nombre de ces élèves sont désavantagés. Enfants d'immigrants récemment arrivés aux États-Unis, ils connaissent mal le système d'enseignement supérieur américain, même s'ils comprennent qu'en l'absence d'un diplôme s'études supérieures, leur avenir professionnel serait limité.

Grâce aux bourses, certains parviennent à se débrouiller. Le « Hispanic College Fund » a été établi il y a 6 ans pour fournir aux jeunes hispaniques les renseignements nécessaires pour remplir leurs demandes d'inscription à l'université. Et aussi pour leur donner le courage de le faire, ajoute George Cushman, fondateur du programme.

« Ce que nous devons faire, c'est complètement changer les mentalités, parce que ces gosses sont fantastiques. En Virginie, j'ai eu un certain nombre d'étudiants qui sont venus me trouver lorsqu'ils ont su que j'avais monté ce programme, pour me remercier d'avoir cru en eux » explique M. Cushman.

Ce qui motivait cet homme d'affaires : l'idée qu'aider les Hispaniques à réaliser des études supérieures est un investissement dans l'avenir du pays, fait-il valoir.

« En Amérique, il y a beaucoup de personnes comme moi qui ont la cinquantaine ou la soixantaine. Ils sont très instruits, soit des ingénieurs, des docteurs, des avocats, des professionnels de santé publique, ou des enseignants. On prend tous la direction de la porte parce qu'il sera bientôt temps de partir à la retraite » explique M. Cushman. Les Hispaniques sont la plus importante tranche de population qui s'apprête à nous succéder sur le marché du travail, ajoute-t-il, mais peu d'entre eux réalisent des études supérieures. Il y a un vide, souligne M. Cushman, et si on ne le comble pas, l'économie risque d'en pâtir, de même que la sécurité des États-Unis.

XS
SM
MD
LG