Liens d'accessibilité

Cameroun : afflux de réfugiés centrafricains dans l’Est du pays


Cameroun : afflux de réfugiés centrafricains dans l’Est du pays

Cameroun : afflux de réfugiés centrafricains dans l’Est du pays

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés signale que de plus en plus de ressortissants centrafricains cherchent refuge dans l’Est du Cameroun. Les éleveurs Mbororo de la République centrafricaine ont commencé à traverser la frontière Camerounaise il y a 5 ans, au moment où les rebelles volaient leur bétail et kidnappaient femmes et enfants contre rançon.

Plus de 80 000 réfugiés vivent aujourd’hui au Cameroun. Beaucoup d’entre eux sont installés dans des camps situés à plus de 350 km à l’Est de la capitale, Yaoundé. Un récent rapport du HCR indique que leur nombre continue de croître.

Le Haut Commissaire onusien pour les réfugiés, Antonio Guterres, estime que c’est une tragédie largement ignorée. Il considère qu’il est temps que la communauté internationale prenne ses responsabilités pour aider non-seulement les réfugiés, mais également les communautés locales qui les ont accueillis. Ces dernières souffrent, aujourd’hui, d’un manque d’espace dans les salles de classe et d’une pénurie d’eau potable.

Les rebelles de la République centrafricaine combattent le gouvernement du président François Bozizé depuis qu’il a renversé le président Ange-Félix Patassé en 2003. Selon les Nations Unies, ces affrontements ont fait plus de 300 000 déplacés.

L’élection présidentielle en RCA est prévue pour le mois prochain. Toutefois, les candidats de l’opposition, dont l’ancien président Patassé, souhaitent un report du scrutin. Ils considèrent que le pays n’est pas prêt pour ce vote car les listes d’électeurs sont incomplètes et le processus de désarmement des rebelles dans le Nord du pays n’a pas encore abouti.

Pour sa part, le président Bozizé assure que l’élection aura lieu comme prévu. Il a déclaré qu’après des années de revendications, l’opposition fait aujourd’hui marche arrière par crainte de perdre.

Avec une rébellion encore active et l’incertitude politique, Antonio Guterres craint que les réfugiés centrafricains au Cameroun ne puissent retourner chez eux de sitôt.

La paix relative et la situation économique du Cameroun ainsi que sa stabilité politique font du pays un pôle d’attraction pour les réfugiés ; une situation qui se prolongera certainement dans les prochaines années.

C’est aujourd’hui une terre d’accueil non seulement pour les centrafricains, mais également pour des personnes en provenance du Tchad, du Nigéria, du Libéria, du Rwanda et du Burundi.

XS
SM
MD
LG