Liens d'accessibilité

Madagascar : l’Union africaine prend des sanctions contre le régime d’Andry Rajoelina


L’Union africaine a décidé de sévir contre les dirigeants de Madagascar pour n’avoir pas respecté les accords de partage du pouvoir signés l’année dernière.

Les sanctions prises, mercredi, par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union visent le leader malgache Andry Rajoelina ainsi que 108 responsables gouvernementaux, membres de la Haute autorité de transition et de la Cour constitutionnelle. Elles incluent notamment l’isolement diplomatique de Madagascar jusqu’au retour du gouvernement aux pourparlers sur le partage du pouvoir.

Selon le Commissaire à la Paix et à la sécurité, Ramtane Lamamra, les sanctions visent à attirer l’attention de ceux qui ont tourné le dos aux efforts de médiation conduits par l’ancien président mozambicain Joaquim Chissano.

« Il s’agit d’une interdiction de l’octroi des visas, du gel des avoirs dans les banques étrangères ainsi que de l’isolement diplomatique à travers une requête à toutes les organisations internationales afin que celles-ci refusent d’accréditer des représentants du régime d’Antananarivo », a déclaré Lamamra.

Andry Rajoelina est arrivé au pouvoir il y a un an dans un coup d’Etat appuyé par les militaires contre l’ancien président Marc Ravalomanana. Il a, par la suite, signé deux accords sous médiation internationale et prévoyant la formation d’un gouvernement d’union nationale incluant les quatre mouvances de la Grande Ile. Toutefois, Rajoelina a rejeté ces accords en décembre.

La sévérité des sanctions traduit la frustration du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine que le processus de médiation ait tant trainé avant d’échouer, a expliqué Ramtane Lamamra. « Il y a peu de place pour la patience un an après un coup d’Etat dans un pays donné », a-t-il ajouté.

Toutefois, il s’agit d’une approche en deux temps, avec dans un premier temps, de sévères sanctions, dans l’espoir qu’elles entraîneront un retour des dirigeants malgaches à la table des négociations.

« J’espère que ces sanctions auront un effet de renforcement de la sagesse et du réalisme et que les solutions aux problèmes de Madagascar découleront d’un consensus. Aucun parti n’est en position de résoudre tout seul les problèmes de Madagascar », a insisté le commissaire à la Paix et à la sécurité de l’Union africaine.

De l’avis des experts, les sanctions de l’Union sont essentiellement symboliques. Madagascar a été suspendu de l’organisation continentale après le coup d’Etat de mars 2009 et a vu les pays occidentaux suspendre leur aide non essentielle.

XS
SM
MD
LG