Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis peuvent améliorer leur politique d’asile, estime le patron du HCR


Les Etats-Unis demeurent le pays le plus accueillant pour les réfugiés et les personnes fuyant l’oppression et les conflits, mais leur politique en la matière pourrait être améliorée, estime le Haut commissaire des Nations unies aux réfugiés.

Depuis des décennies, les Etats-Unis se classent en tête des pays d’accueil, acceptant jusqu’à 70 000 réfugiés et déplacés par an. Le chef du HCR, Antonio Guterres, s’en est félicité à l’occasion du 30e anniversaire du U.S. Refugee Act, la loi américaine relative aux réfugiés et aux demandeurs d’asile.

« Nous dépendons du peuple américain pour un exemple quotidien d’engagement et de compassion », a déclaré Guterres, précisant que depuis la promulgation du U.S. Refugee Act, les Etats-Unis ont accordé asile à plus d’un demi-million d’étrangers et réinstallé près de trois millions de réfugiés.

S’adressant à des militants pour la cause des réfugiés ici à Washington, le patron du HCR a dit qu’un bon système peut toujours être amélioré. « On pourrait faire un plus grand usage d’autres méthodes de détention des demandeurs d’asile. Leurs lieux de détention pourraient être moins isolés et moins ressembler aux prisons. Un plus grand soutien pourrait leur être accordé pour assurer leur bonne représentation au plan judiciaire », a expliqué Antonio Guterres, qui a déploré la grande complexité du système d’asile américain.

Cette semaine, le sénateur démocrate Patrick Leahy du Vermont a introduit un projet de loi qui ouvrira le processus d’asile à un plus nombre de personnes recueillies en mer et jusqu’ici interdites d’accès aux Etats-Unis. La mesure réduira aussi les nombreuses barrières légales érigées à la suite des attaques terroristes du 11 septembre 2001.

« L’utilisation répandue de l’interdiction d’asile sur la base de soupçons de terrorisme a causé des problèmes à de vrais réfugiés, des gens n’ayant rien à voir avec le terrorisme. C’est un domaine de la loi qui nécessite une réforme », a déclaré la députée démocrate Zoe Lofgren de Californie.

Ces appels ont été bien accueillis par Eric Schwartz, le secrétaire d'État adjoint américain pour les questions relatives aux populations, aux réfugiés et à la migration. « Depuis 30 ans que la loi américaine sur les réfugiés est en vigueur, nous avons vécu le génocide au Rwanda et au Darfour, l’épuration ethnique dans les Balkans, le viol comme arme de guerre en Afrique centrale », a souligné Eric Schwartz.

Les gouvernements accueillant des réfugiés sont, au mieux, mal à l’aise et, au pire, carrément hostile à la notion d’améliorer la protection des réfugiés, a souligné le secrétaire d'État adjoint américain pour les questions relatives aux populations, aux réfugiés et à la migration.

Le HCR estime à plus de 40 millions le nombre de personnes déracinées par les conflits dans le monde.

XS
SM
MD
LG