Liens d'accessibilité

La qualité de la démocratie se détériore à travers le monde, affirme une nouvelle étude


Selon une étude récente, le nombre de démocraties dans le monde est resté relativement stable ces dernières années, mais c'est la qualité de la démocratie qui s'est détériorée.Telle est la conclusion du dernier Indice de Transformation Bertelsmann (BTI) de la Fondation Mo Ibrahim. Ce classement international de 128 pays en développement et en transition donne des informations sur la situation politique et économique de chaque pays, ainsi que sur la performance de la gestion politique réalisée par les acteurs concerné.

Sabine Donner, chef de projets au BTI, dit que sur le total, 76 répondent aux normes démocratiques. Cette évaluation est basée notamment sur la robustesse de leurs institutions, la liberté politique, la stabilité, le niveau de civisme, et autres facteurs déterminants. Mais Mme Donner souligne que toutes les démocraties ne sont pas égales. Sur ces 76 pays, deux sur trois sont à la limite de la démocratie. Seulement 23 ne présentent pas de carences importantes.

« Dans les 53 autres pays, bien que classés au rang de ceux dits démocratiques, les droits politiques et civils ne sont pas garantis, de même que la séparation des pouvoirs n'est pas assurée. Cependant, des élections relativement libres et transparentes sont organisées », indique Mme Donner, qui ajoute que 16 de ces pays, dont la Russie, Haïti et le Kenya, ont de réels problèmes avec au plan juridique.

L'étude, précisent les experts, montre un penchant vers l'autocratie pour certains pays, tels que la Russie et le Venezuela, l'effritement des structures de justice au Nicaragua et en Afrique du Sud, et la prise de pouvoir par la force.

« Le nombre de démocraties ayant régressé a augmenté ; il a doublé en réalité. En d'autres termes, bien que le nombre de démocraties demeure stable, la qualité de ces démocraties est fortement affectée », insiste Mme Donner.

Toujours selon le BTI, cinq démocraties hautement régressives sont en Amérique latine. Il s'agit d'Haïti, du Guatemala, du Nicaragua, de la Colombie et de l'Équateur. Au même rang, en Afrique, sont cités le Burkina Faso, le Kenya, l'Angola, le Lesotho et le Burundi. Les quatre pays du groupe en Asie sont le Népal, le Sri Lanka, la Thaïlande et les Philippines. La Russie est citée également.

Hauke Hartmann, également chercheur au BTI, évoque le cas particulier de l'Irak, qui vient tout juste d'organiser des législatives.« L'Irak est considéré pour la première fois en tant que démocratie par l'institut. Une démocratie instable, haute en carences, mais une démocratie. L'augmentation de la stabilité est suffisante pour que le pays se retrouve au rang des pays dits démocratiques », affirme M. Hartmann.

Le chercheur rappelle que le Moyen-Orient est une zone sensible. Et il souligne qu'il en est de même pour l'Irak, le Liban, le Yémen, le Pakistan et l'Afghanistan, qui sont même considérés en tant qu'États défaillants. Quant à Mme Donner, elle indique que c'est la première fois en 15 ans que l'institut observe un déclin radical au niveau de la liberté d'expression dans certains pays, et en particulier en Afrique, non sans préciser que la tendance est générale dans le monde.

XS
SM
MD
LG