Liens d'accessibilité

Togo : le gouvernement qualifie l’opposition de mauvaise perdante


La saga électorale se poursuit au Togo après la réélection du président Faure Gnassingbé. Plusieurs militants de l’opposition ont été arrêtés, mardi, à Lomé, lors d’une manifestation qui avait été interdite par les autorités. Par ailleurs, des ordinateurs ont été saisis dans un bureau du principal parti de l’opposition, l’Union des forces de changement (UFC).

Pour sa part, le porte-parole du gouvernement, Pascal Bodjona, accuse l’opposition de manquer de fair-play. Il se dit confiant quant à l’issue de l’appel que celle-ci compte déposer à la Cour constitutionnelle pour contester les résultats du scrutin du 4 mars.

M. Bodjona avait annoncé que la manifestation de l’opposition de mardi ne pouvait avoir lieu pour des raisons de sécurité. L’opposition s’était tout même rassemblée, et la Force Spéciale Election Présidentielle (FOSEP) a procédé à plusieurs arrestations, ainsi qu’à la saisie de matériel informatique au siège du principal parti d’opposition, l’Union des forces de changement (UFC). Jean-Pierre Fabre, le candidat malheureux de l’UFC, parle d’une volonté de museler l’opposition.

Pour la FOSEP, il s’agissait plutôt de déjouer un complot visant à perturber l’ordre public, a indiqué le chef de cette force.

XS
SM
MD
LG