Liens d'accessibilité

Un journaliste de l’Union menacé de mort au Gabon


Le journaliste gabonais Jonas Moulenda, du quotidien d’Etat affirme avoir reçu des menaces de mort dimanche, 1er mars. Il a porté plainte dès lundi. Ces menaces font apparemment suite à un article publié sur l’assassinat, à Libreville, du directeur du Conseil gabonais des chargeurs, René Ziza, poignardé le 25 novembre 2009. Il était l'un des nouveaux hommes nommés par le président Ali Bongo Ondimba, investi mi-octobre et entré en croisade contre la corruption.

Des menaces de mort ont déposé au journal de Moulenda et sur son téléphone portable avec notamment les messages suivants : "Sache que tu es désormais un homme mort. Tu as osé t'attaquer à un puissant, attends-toi donc à le payer de ta vie", a notamment écrit un "corbeau" dans la lettre anonyme.

Dans l'article qui lui vaut ces ennuis, le journaliste parlait d’indiscrétions mettant en exergue un audit commandité par le défunt et faisant état de malversations financières de l'ordre de 1,6 milliard de francs CFA (près de 2,44 millions d'euros). Le journaliste s’est également demandé, dans son article, si cet assassinat aurait été commandité par des gestionnaires gênés aux entournures.

« Les faits sont clairs que l’article de notre collègue dérange, mais les menaces et intimidations de toutes sortes sont inacceptables» a déclaré Gabriel Baglo, Directeur du Bureau Afrique de la FIJ. «Toutes les dispositions doivent être prises pour assurer la sécurité de notre collègue», a-t-il dit.

Fort heureusement, les locaux de l’Union sont équipés de caméras qui ont permis de répérer l’homme qui est venu déposer les tracts de menaces.


XS
SM
MD
LG