Liens d'accessibilité

Le 1er mars, « Journée sans immigrés » en Europe


Dans plusieurs pays européens, le premier mars était la « Journée sans immigrés », ces derniers étant appelés à cesser de consommer et travailler pour montrer que l'immigration n'est pas un problème mais une chance.

Environ quatre millions d’immigrés vivent en Italie et des dizaines de milliers d’entre eux ont participé hier à cette « Journée sans immigrés ». Surtout originaires d’Afrique, d’Europe de l’Est et d’Amérique du Sud, ils se voient accusés par des Italiens de souche d’accaparer des emplois et d’être à l’origine de la hausse de la criminalité.

La « Journée sans immigrés » visait à montrer l’apport de l’immigration, en retirant les immigrés de la vie économique. Les protestataires arboraient des rubans jaunes, couleur de leur cause, et ont procédé à un lâcher de ballons de cette même couleur. Ils ont évoqué les emplois essentiels, à leur avis, qu’ils occupent : manœuvres agricoles, personnel soignant pour les personnes âgées et les malades, ou nounous. Immigrer n’est pas un crime, ont-ils rappelé.

Mardi, la Ligue du Nord, parti allié à Silvio Berlusconi, organise une contre-manifestation aux environ de Milan. Rappelons qu’en janvier, des affrontements entre des ouvriers agricoles africains et des habitants de Rosarno dans le sud de l’Italie avaient fait plusieurs dizaines de blessés parmi les étrangers.

XS
SM
MD
LG