Liens d'accessibilité

Obama marque le premier anniversaire de son programme de relance de l’économie américaine 


Ce programme controversé, chiffré à 787 milliards de dollars, a empêché l’économie de se détériorer davantage, même si l’administration n’a utilisé que la moitié de ces fonds, a estimé le président Barack Obama.

Dans un discours à la Maison-Blanche mercredi, le chef de l’exécutif a jugé que le programme a permis de sauvegarder ou de créer deux millions d’emplois, tout en jetant les bases de la croissance. Il a rappelé avoir hérité de l’administration Bush une situation économique catastrophique.

« Les économistes de l’ensemble du spectre politique avaient averti que si des mesures dramatiques n'étaient prises pour casser le dos de la récession, les États-Unis pourraient sombrer dans la spirale d’une autre dépression. C'était avec cette réalité en toile de fond que j'ai signé la Loi américaine sur la Relance et le Réinvestissement » a expliqué le président.

Mais les républicains continuent de dénoncer le programme, le qualifiant d’inefficace. Pour eux, il n’a pas réussi à réduire le chômage de manière significative.

M. Obama va créer jeudi, par décret, une commission composée de républicains et de démocrates dont la mission sera d’identifier les moyens de réduire le déficit budgétaire.

Cette commission nationale bipartite sur la responsabilité et la réforme fiscale sera coprésidée par l’ancien secrétaire général de la Maison Blanche sous l’administration Clinton, le démocrate Erskine Bowles, et un ancien numéro deux du parti républicain au Sénat, Alan Simpson. Ce dernier est un ancien sénateur du Wyoming.

Dans son discours sur l'état de l'Union le 27 janvier, le président Obama avait évoqué son projet de créer cette commission par décret. C’était au lendemain du rejet par le Sénat d'un projet de loi créant une telle structure.

L’administration américaine a publié début février son projet de budget pour l'exercice 2011, qui estime que le déficit fédéral pendant l'année fiscale 2010 atteindra le chiffre record de 1.560 milliards de dollars. En pourcentage de l'économie, cela représente 10,6 %, soit le plus haut niveau depuis la Seconde guerre mondiale.

XS
SM
MD
LG