Liens d'accessibilité

Nigeria : Le président intérimaire Goodluck Jonathan à l’oeuvre


Le président intérimaire nigérian n’aura pas perdu du temps pour prendre les rênes du pouvoir en main. Aussitôt investi, il a limogé mercredi le ministre de la Justice, Michael Adondoakaa, qui s’était opposé à ce que le pouvoir lui soit temporairement confié.

Le léger remaniement de mercredi est la preuve que Goodluck Jonathan a réellement le pouvoir en main, a expliqué le même jour Dora Akunyili, ci-devant ministre de la communication, qui n’avait pas hésité la semaine dernière à inviter le président Yar’Adua à confier l’intérim à M. Jonathan. « C’est un pouvoir qu’a le président, assure-t-elle… Il peut faire bouger n’importe lequel d’entre nous. »

L’intérim qu’assure Goodluck Jonathan va lui barrer la route s’agissant de la course pour la succession d’Umaru Musa Yar’Adua, en raison de l’entente non-écrite selon laquelle, les nordistes et les sudistes doivent exercer le pouvoir suprême au Nigéria à tour de rôle. Si M. Yar’Adua ne se remet pas de sa maladie, les nordistes trouveront l’un des leurs pour briguer son second mandat. Et si l’intérim de Jonathan perdure, disent les observateurs, le candidat le mieux placé sera celui qui occupera les fonctions de vice-président intérimaire.

Les observateurs constatent que les choses se sont passées dans les règles de l’art. Pour le président du sénat, David Mark, le parlement nigérian a fondé sa décision sur la doctrine de la nécessité. Goodluck Jonathan a fait savoir qu’il va s’atteler sans délai à la préparation de l’élection présidentielle de 2011. Il s’en est ouvert au secrétaire d’Etat adjoint américain pour les affaires africaines, Johnny Carson.

Washington a toujours soutenu une solution constitutionnelle à la crise, a déclaré ce dernier. « Nous le faisons en tant qu’ami et partenaire. Nous le faisons parce que le Nigéria est une démocratie et nous aimerions voir ce pays persévérer dans la voix de la démocratie », a dit Johnny Carson.

Le chef du département politique de la CEDEAO, Mahamane Touré n’a pas tardé à se féliciter de la façon, dont la transition politique a été gérée au Nigéria. « C’est le genre de démarche que nous aimerions voir suivre dans les autres états-membres, une situation où les institutions de la société civile, la presse et l’ensemble des médias en viennent à s’approprier le processus démocratique et à s’assurer que les règles sont respectées dès lors qu’elles ont été édictées conformément à l’opinion de la majorité du peuple », a déclaré M. Touré.

XS
SM
MD
LG