Liens d'accessibilité

Allemagne : la coalition gouvernementale appelle à un retrait des missiles américains


La nouvelle coalition au pouvoir à Berlin appelle au retrait de tous les missiles américains de l’Europe ; un appel qui relance le débat sur les armes nucléaires et la sécurité dans le monde. Le président Barack Obama avait présenté sa vision de la question en avril dernier à Prague.

« Les Etats-Unis prendront des mesures concrètes pour un monde dénucléarisé. Pour mettre un terme à l’état d’esprit de la Guerre froide, nous réduirons le rôle des armes nucléaires dans notre stratégie de sécurité nationale et exhortons les autres à faire de même », avait déclaré le chef de l’exécutif américain.

Entre-temps, les Etats-Unis utiliseront leur arsenal nucléaire à titre dissuasif, pour garantir leur protection et celle de leurs alliés, y compris la République tchèque, avait précisé M. Obama. La position de l’administration américaine sera présentée au Congrès ce mois-ci.

En attendant, le gouvernement allemand a appelé au retrait des armes tactiques américaines du territoire allemand et de toute l’Europe ; une mauvaise idée de l’avis de l’ancien secrétaire général de l’OTAN, George Robertson.

« Je pense qu’ils n’ont pas tout à fait réalisé combien le parapluie nucléaire américain est symbolique, comme il serait risqué et dangereux que l’une de ses composantes soit supprimée sans considération des conséquences », a déclaré Robertson.

Pour l’ancien secrétaire général de l’OTAN, le retrait des missiles américains de l’Europe pourrait entraîner une escalade nucléaire si les pays ne se sentaient pas en sécurité.
La principale structure de sécurité de l’Europe est l’OTAN, qui regroupe 28 pays. Son article 5 garantit la sécurité collective, principal attrait de l’alliance, estime Franklin Miller, un ancien responsable du Pentagone.

« Je pense que les pays d’Europe de l’Est se sont joints à l’Alliance en grande partie parce qu’ils ont reçu de l’OTAN la garantie concernant leur intégrité territoriale, et ce que cela signifie est qu’il n’y aura de guerre en Europe », explique Franklin Miller.

Miller, George Robertson et Kori Schake, analyste à la Hoover Institution, sont co-auteurs d’un rapport sur l’appel de l’Allemagne au retrait des missiles américains. « Les Russes ont 5400 armes nucléaires tactiques. Il est dans l’intérêt de l’OTAN, et je le dirais également dans l’intérêt de la Russie, de les placer sous le contrôle d’un traité vérifiable et qui contribue à la sécurité de l’Europe », souligne Schake.

Pour Robertson, la relance du débat sur la question est une chose positive. Cela offre, a-t-il dit, une nouvelle opportunité de réduire le nombre total des missiles nucléaires à courte portée en Europe en négociant avec la Russie.

XS
SM
MD
LG