Liens d'accessibilité

Obama annonce un plan de développement du train à grande vitesse aux États-Unis


En Floride jeudi, le président Barack Obama a annoncé un plan de développement du train à grande vitesse aux États-Unis, programme chiffré à 8 milliards de dollars et qui, selon l'administration, permettra de créer des emplois. Une façon pour le président américain de montrer qu'il entend tenir la promesse faite dans son discours sur l'état de l'Union de réduire le chômage.

« Ma priorité est d'aider les Américains à se remettre de la récession », a déclaré M. Obama, qui jeudi soir avait appelé le Congrès à s'attaquer aux problèmes économiques auxquels le pays est confronté depuis plusieurs années.

Évoquant son plan pour équiper les États-Unis en trains à grande vitesse, M. Obama a insisté sur le fait qu'il s'agit du plus important investissement dans le secteur des infrastructures depuis la construction du réseau d'autoroutes fédéral il y a plus d'un demi-siècle. Le futur réseau ferroviaire devrait accueillir des trains capables d'atteindre 350 km/heure, permettant de créer ou préserver des dizaines de milliers d'emplois tout en stimulant la croissance à long terme de l'économie, a fait valoir la Maison-Blanche.

A l'heure actuelle, seule la côte nord-est des États-Unis est dotée d'un train rapide, reliant Boston à Washington. Si M. Obama s'est dit en Floride « plus optimiste que jamais » sur l'avenir du pays, les responsables du ministère des Transports ont souligné que la construction du réseau de voies ferrées à grande vitesse permettra, certes, de créer des emplois, mais devra quand même reposer sur des expertises étrangères, et du matériel importé.

Le déplacement du président Obama en Floride était une première étape dans une campagne de la Maison-Blanche pour attirer l'attention, dans les semaines à venir, sur les initiatives présidentielles visant à favoriser l'emploi, alors même que le chômage se situe aux alentours des 10%.

Entretemps au Congrès, les sénateurs ont approuvé le relèvement du plafond de la dette à plus de 14 milliards de dollars, pour permettre au gouvernement de continuer à fonctionner. La Chambre des représentants doit encore se prononcer sur la question, avant que le texte puisse être promulgué par le président Obama.

XS
SM
MD
LG