Liens d'accessibilité

Un nouveau ciment biologique pourrait révolutionner le secteur du bâtiment


Le ciment est le principal matériau de construction à travers le monde, mais sa fabrication nécessite de mélanger des calcaires et argiles concassés et homogénéisés à de très hautes températures. Résultat : pour une tonne de ciment fabriqué, une tonne de dioxyde de carbone est relâchée dans l'atmosphère.

Donc, à priori, le ciment n'est guère favorable à l'environnement. Mais un scientifique américain dit qu'il peut tout changer.

DaBrent Constantz, professeur de l'université de Stanford en Californie, affirme avoir inventé un ciment révolutionnaire qui réduirait grandement les émissions de dioxyde de carbone. Il explique que la fabrication de son ciment ne dégage aucun gaz nocif.

Ce même ciment aurait également la capacité de réduire le taux de CO2 émis par les centrales énergétiques, en piégeant les gaz rejetés à l'intérieur du matériau. Comme une éponge, chaque tonne de ciment pourrait absorber une demi-tonne de CO2, explique l'inventeur.

« Ainsi plus vous coulez de ciment, plus vous retirez de CO2 de l'environnement. Donc la façon d'atténuer le problème de carbone est de couler davantage de mon ciment », affirme le professeur Constantz.

Mais comment se fabrique ce ciment miraculeux : par un processus qui ne nécessite pas de hautes températures, et qui imite celui qu'emploie la nature pour fabriquer des dents, des os ou des coquillages, déclare le professeur Constantz.

« C'est un processus biologique compliqué, intéressant, beau, qui produit des structures fantastiques comme la coquille d'un nautile cloisonné en loges ou la hanche humaine et le plus grand des trochanters au haut de notre fémur, qui sont des structures biologiques compliquées, faites de minéraux », dit M. Constantz.

Le procédé de Calera consiste à faire réagir les gaz de combustion avec de l'eau saumâtre ou salée, produisant du carbonate de calcium synthétique. Le gaz est dissous dans cette eau où il se précipite avec des atomes de calcium ou de magnésium pour former une boue, qui, séchée grâce à la chaleur des cheminées d'une centrale, peut servir de base au ciment.

De surcroit, il devient du coup plus facile de rendre cette eau potable.

XS
SM
MD
LG