Liens d'accessibilité

Les premiers secours s’organisent, suite au puissant séisme à Haïti


Un puissant tremblement de terre chiffré à 7 sur l’échelle de Richter a dévasté la capitale d’Haïti, Port-au-Prince, mardi. De nombreux immeubles se sont effondrés, enfouissant les gens sous les décombres. On signale des dégâts considérables au siège de la mission de stabilisation de l’ONU en Haïti (Minustah). Le palais présidentiel et d’autres bâtiments officiels seraient également fortement endommagés, ainsi que de nombreuses maisons.

L’épicentre du séisme se trouvait à seulement 16 km au large de Port-au-Prince, et le tremblement a été suivi de plusieurs secousses secondaires, dont une de 5,9 sur l’échelle de Richter. On signale des pannes de courant, et il est encore impossible de chiffrer le nombre de victimes, d’autant que les communications avec la capitale haïtienne sont gravement perturbées.

Une alerte au tsunami a été lancée, puis annulée. La secousse a également été ressentie en République Dominicaine, pays frontalier d’Haïti. L’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, Raymond Joseph, a déclaré à la chaine CNN que son pays demande l’aide de Washington. Il a qualifié le tremblement de terre de catastrophe majeure.

Dans un communiqué, le président Barack Obama a déclaré que les États-Unis surveillent de près la situation et se tiennent prêts à aider le peuple haïtien. Quant au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, il affirme suivre les évènements et s’est dit préoccupé pour le peuple haïtien et le personnel de l’ONU en poste dans cette île des Caraïbes.

La Banque Interaméricaine de Développement (BID) a immédiatement débloqué 200 000 dollars en aide d’urgence pour permettre l’envoi de vivres, eau potable, médicaments et tentes aux victimes du séisme. L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a annoncé l’envoi d’une équipe de réaction rapide aux désastres en Haïti et se tient prête à fournir d’autres secours.

XS
SM
MD
LG