Liens d'accessibilité

Etats-Unis : les démocrates se mobilisent autour de l’assurance-maladie


La réforme de l’assurance-maladie aux Etats-Unis a repris ses droits au Congrès. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, se dit optimiste que les députés et les sénateurs œuvreront vigoureusement pour concilier leurs projets respectifs de manière à envoyer au président Obama un projet de loi dans les prochaines semaines.

Le Sénat avait approuvé son projet la veille de Noël alors la Chambre avait adopté le sien quelques semaines plus tôt. Les médias, citant de hauts responsables au Congrès, affirment que les deux chambres vont probablement mener des négociations en coulisses pour concilier leurs projets.

La procédure formelle les obligerait à se renvoyer le projet de loi commun au gré des modifications jusqu’à ce qu’elles s’entendent sur la version finale. Selon la présidente de la Chambre, rien n’a encore été décidé de ce côté. « Nous ne savons pas encore quel chemin nous allons emprunter. Nous prendrons celui qui est efficace pour le peuple américain, qui permet de faire le travail à temps dans une vile où les intérêts spéciaux sont bien ancrés et en quête de tous les moyens de bloquer cette loi », a expliqué Nancy Pelosi.

La procédure formelle aurait, pour les démocrates, l’inconvénient de les exposer aux manœuvres dilatoires des républicains. A la Chambre comme au Sénat, ces derniers sont unis contre le projet de réforme de l’assurance-maladie et se disent déterminer à tout mettre en œuvre pour le faire échouer.

Certains républicains estiment que ce projet coûte trop cher sans pour autant résoudre les problèmes du système de santé américain. D’autres admettent que l’échec de cette initiative au Congrès constituerait un sérieux revers pour le président Obama et accroîtraient leurs changes de succès aux élections de mi-mandat de novembre.

Etant donné que les démocrates contrôlent la Chambre et leur Sénat, leur principal défit sera probablement de persuader les modérés, les libéraux et les conservateurs de leur camp d’accepter la version finale du projet de loi. Contrairement au projet de loi du Sénat, celle de la Chambre inclut l’Option publique, une assurance-maladie administrée par le gouvernement.

Parmi les difficultés à surmonter : le financement du projet, d’un coût de 900 milliards de dollars, l’opposition de certains démocrates à toute prise en charge, sur des fonds gouvernementaux, de l’interruption volontaire de grossesse.

Le député Steny Hoyer est le chef de file de la majorité démocrate à la Chambre. « Nous nous attendons à avancer très vigoureusement pour concilier les deux versions. Nous sommes optimistes que nous présentera une version finale dans un proche délai et l’enverrons au président pour promulgation », a-t-il déclaré.

XS
SM
MD
LG