Liens d'accessibilité

Sénégal: le Cardinal Sarr attend du Président Wade des excuses publiques et directes


La controverse suscitée par les récents propos du président sénégalais Abdoulaye Wade à l’endroit des chrétiens continue de faire des vagues son pays. « la meilleure façon de mettre un terme a la polémique est « que le président de la République présente ses excuses a la communauté chrétienne ce soir lors de son message de fin d’année a la Nation », a fait savoir le cardinal Théodore Adrien Sarr, archevêque de Dakar, dans un interview accordée à La Voix de l’Amérique.

Selon l'Agence de presse sénégalaise, le ministre d'Etat chargé de la Coopération internationale et des transports aériens, Karim Wade, fils du chef de l'Etat sénégalais, a pourtant présenté « au nom du président de la République » ses excuses à l'archevêque de Dakar ; des excuses apparemment jugées insuffisantes par le prélat.

Dans son message du nouvel an prononcé devant des centaines de fidèles, mercredi, en la cathédrale de Dakar, le cardinal Sarr a reproché au président Wade d’avoir tenu « des propos blessants » à l’endroit de l’Eglise.

Défendant son Monument de la renaissance africaine des attaques des dignitaires religieux musulmans, le président sénégalais, que cite le journal privé Le Matin, avait déclaré que « dans les églises, on prie Jésus qui n’est pas Dieu. Tout le monde le sait, mais personne n’a jamais dit quelque chose. »

L’archevêque de Dakar, que cite l’AFP, a dénoncé ces propos mercredi. « Meurtris et humiliés, nous l'avons été par l'amalgame que le chef de Etat a établi entre le Monument de la renaissance africaine et les représentations qui se trouvent dans nos églises », a-t-il dit. « Il est scandaleux et inadmissible que la divinité de Jésus Christ, cœur de notre foi, soit mise en cause et bafouée par la plus haute autorité de l'Etat », a-t-il ajouté.

Peu après son message, des heurts ont éclaté entre les forces de sécurité et de jeunes chrétiens qui protestaient contre les propos du président Wade.

XS
SM
MD
LG