Liens d'accessibilité

Iran : nouveaux heurts entre forces de l’ordre et partisans de l’ayatollah Montazeri


Des groupes iraniens d’opposition font état de nouveaux affrontements, mercredi, entre des partisans du grand ayatollah Hossein Ali Montazeri, décédé dimanche, et des forces de sécurité. Les sites Internet de l’opposition affirment que la police iranienne a dispersé, à coups matraque et de gaz lacrymogène, des partisans de Montazeri, qui s’était rassemblés en sa mémoire à Naja-fabad, sa ville natale, et Ispahan.

Selon les mêmes sources, les manifestants scandaient des slogans pro-réforme. Une cinquantaine d’entre eux auraient été arrêtés et plusieurs autres blessés, des informations non confirmées par des sources indépendantes.

Un des principaux acteurs de la révolution islamique iranienne de 1979, l’Ayatollah Montazeri était considéré comme le père spirituel du mouvement réformateur en Iran. Il était très critique à l’endroit des dirigeants conservateurs de l’Iran et ses obsèques, lundi, avaient dégénéré en grandes manifestations anti-gouvernementales.

Lors d’un point de presse hier, le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley, a réitéré les condoléances du gouvernement américain au peuple iranien suite au décès de Montazeri. Les manifestations signalées lors de ses obsèques s’inscrivent dans la série de défis auxquels font face les dirigeants iraniens depuis la présidentielle controversée du mois de juin, a dit Crowley.

« Le fait est qu’il y a une fissure au sein de la société iranienne et le gouvernement tente en quelque sorte, et par tous les moyens, y compris les forces de sécurité, de remettre le génie dans sa bouteille », a déclaré le porte-parole du département d’Etat. Montazeri, a-t-il dit, était une importante figure de la société iranienne, qui s’exprimait sur les droits universels.

Les autorités iraniennes devraient répondre aux préoccupations exprimées par le mouvement de protestation, a souligné Philip Crowley. « Il est du devoir du gouvernement iranien de satisfaire les aspirations de son people. Quelque chose est en train de se passer au sein de la société iranienne, et il est difficile d’en prédire l’issue. Mais l’angoisse que nous continuons d’observer dans la société iranienne nous préoccupe beaucoup », a souligné le porte-parole du département d’Etat.

Pour Philip Crowley, le gouvernement iranien n’a pas d’autre choix que de modifier ses rapports avec les Iraniens, en conformité notamment avec les libertés universelles de liberté de réunion et d’opinion, et les principes d’un processus politique ouvert.

XS
SM
MD
LG