Liens d'accessibilité

Ethiopie : peines capitales et prison à perpétuité pour les accusés de l’affaire « Gimbot 7 »


Cinq condamnations à mort et 39 peines de prison à perpétuité ; ainsi en a décidé la Haute Cour fédérale d’Addis-Abeba, qui jugeait une quarantaine de personnes pour complot en vue d’assassiner des personnalités et de renverser le gouvernement.

La cour fédérale éthiopienne jugeait 39 hommes et une femme en rapport avec l’affaire dite « Gimbot 7 » ou la Conspiration du 15 mai. Cinq des condamnés à mort sont des civils proches des partis d’opposition.

Parmi eux, Berhanu Nega, élu maire d’Addis Abeba en 2005, mais qui n’a jamais pris fonction. Exilé aux Etats-Unis, ce dernier avait été condamné à perpétuité en rapport avec les violences postélectorales de 2005. Les autres condamnés sont, pour la plupart, des éléments de l’armée éthiopienne.

En rendant ses sentences, le juge Adem Ibrahim, président de la cour a dit aux condamnés qu’ils auraient du tirer les leçons de leurs précédentes condamnations en rapport avec les incidents de 2005.

Bernahu Nega et trois des autres ayant écopés de la peine de mort ont été condamnés par contumace. Seul Melaku Tefera, un organisateur du Parti de l’unité pour la démocratie et la justice, était présent à la barre.

Le porte-parole de ce parti, Siye Abraha, s’est insurgé contre des peines de mort dans une affaire qu’il qualifie de politique. « Le problème général du pays est politique et requiert une solution essentiellement politique. Je ne soutiens aucune forme de violence, mais je ne pense pas que la solution consiste à exécuter des gens », a déclaré le porte-parole du Parti de l’unité pour la démocratie et la justice.

Le gouvernement éthiopien rejette cet avis. Le procureur a présenté des preuves claires d’un complot en vue créer le désordre public et d’inciter à la rébellion au sein de l’armée éthiopienne, a déclaré Mekonnen Bezabeih, porte-parole du ministère éthiopien de la Justice.

« La Cour tranche sur la base des preuves et de la loi du pays ; donc, s’ils peuvent dire maintenant qu’il s’agit d’une affaire politique, ils ont bien vu que la Cour avait un grand nombre de preuves », a-t-il dit.

Les avocats de plusieurs des condamnés disent qu’ils entendent interjeter appel ; un processus qui, disent-ils, pourrait prendre de nombreuses années.

XS
SM
MD
LG