Liens d'accessibilité

L'ONU plaide pour l'arrestation de Joseph Kony, chef de la LRA


Le Haut-commissaire de l'ONU chargé des droits de l'homme, Mme Navi Pillay, a plaidé en faveur de l'arrestation du chef rebelle ougandais Joseph Kony, ainsi que d'autres dirigeants de l'Armée de Résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army, LRA), groupe armé connu pour ses violences contre les civils dans le nord de l'Ouganda et dans la Province Orientale, au nord-est de la République démocratique du Congo (RDC).

Mme Pillay a lancé cet appel à l'occasion de la publication de deux rapports sur les attaques brutales commises par la LRA dans le Soudan méridional et en RDC. Au moins 1.200 personnes auraient été tuées en RDC et 1.400 autres enlevées – dont environ 600 enfants. Par ailleurs 250.000 résidents ont été déplacés sur dix mois à partir de septembre 2008.

En RDC tout comme au Soudan, les miliciens de la LRA ont incendié des villages, violé les femmes et réduit leurs captifs en esclavage, s'en servant comme de porteurs ou esclaves sexuels.

Pour Mme Pillay, les attaques de la LRA sont des crimes contre l'humanité, et le Haut-commissaire de l'ONU chargé des droits de l'homme a appelé la communauté internationale à rechercher et arrêter ses dirigeants. On ignore où se trouvent actuellement Kony et ses proches collaborateurs. Les miliciens de la LRA se déplacent à travers l'Afrique centrale depuis le lancement en décembre 2008 par les armées congolaise, ougandaise et soudanaise d'une opération conjointe dans la Province Orientale de la RDC, contre Kony, après qu'il eût refusé de signer un accord mettant fin à sa rébellion contre le gouvernement ougandais.

Des mandats d'arrêt, pour 33 chefs d'accusation de crimes contre l'humanité et crimes de guerre, ont déjà été émis contre le dirigeant de la LRA, Joseph Kony, et d'autres officiers supérieurs de la LRA par la Cour pénale internationale (CPI) en 2005.

XS
SM
MD
LG