Liens d'accessibilité

Etats-Unis : manœuvres procédurales en fin de session parlementaire


Au Congrès américain, les législateurs des deux camps ont multiplié les attaques verbales et les manœuvres procédurales en cette fin de session parlementaire. Les Républicains ont ainsi tenté de bloquer le projet de réforme de l’assurance-maladie des démocrates ; ces derniers ont fait passer, au niveau de la Chambre, un projet de budget du Pentagone ainsi qu’une mesure de création d’emplois.

Avant de suspendre les travaux pour les fêtes de fin d’année, la Chambre a approuvé les 12 derniers projets de budget pour l’année fiscale 2010, qui a débuté en octobre. Ainsi, 636 milliards de dollars sont alloués au Pentagone, y compris 128 milliards de dollars pour les guerres en Irak et en Afghanistan.

Etant donné le taux de chômage, qui se situe à 10%, la Chambre a également voté une enveloppe de 154 milliards de dollars en vue de créer des emplois dans les secteurs des transports et des infrastructures. Ces fonds permettront aussi d’assister les Etats et les administrations locales et d’étendre les allocations-chômage.

Les républicains ne cessent d’accuser les démocrates et le président Obama de dépenses excessives. « Vous ne pouvez pas créer des emplois tout simplement en dépensant ou en empruntant ; ce n’est pas du tout la recette », a dit le député républicain Jeb Hensarling du Texas.

Ce auquel sa collègue démocrate Sheila Jackson Lee du Texas rétorque que les démocrates tentent tout simplement de réparer les dommages causés la politique des républicains. « Nous sommes dans cette situation parce que le dernière administration, sous les républicains, a gaspillé le surplus budgétaire qui avait été réalisé dans les années 1990. Ils se sont précipités dessus, ont détruit et tout dévasté », a déclaré la députée texane Lee.

Et alors que les démocrates du Sénat tentaient d’avancer vers un vote sur le projet de réforme de l’assurance-maladie, les républicains ont utilisé une tactique de procédure, qui a entraîné la lecture, pendant 3 heures d’horloge, d’un amendement proposé par le sénateur indépendant Bernie Sanders du Vermont au projet d’assurance-maladie.

« Ce que les républicains trouvent de mieux à faire est de bloquer l’administration américaine en exigeant la lecture publique d’un amendement de 700 pages. C’est un outrage, Les gens doivent être honnêtes dans leurs désaccords », a déclaré un sénateur Sanders pour le moins courroucé.

Les démocrates ont besoin d’une majorité de 60 voix pour faire passer, au Sénat, leur projet de réforme de l’assurance-maladie. D’où leurs efforts en vue d’obtenir un soutien-clé, celui sénateur indépendant du Connecticut Joe Liberman. Un échec constituerait un revers pour le président Obama, qui avait promis de changer le système d’assurance-maladie cette année.

XS
SM
MD
LG