Liens d'accessibilité

La lutte contre les crimes de guerre en Afrique


L’arrestation en novembre, en Allemagne, de deux figures-clé de la rébellion armée qui terrorise l’Est de la République démocratique du Congo démontre l’engagement international à combattre les crimes contre l’humanité en Afrique centrale.

La police allemande a arrêté Ignace Murwanashyaka et Straton Musoni, deux importants leaders des Forces démocratiques de libération du Rwanda, groupe rebelle connu sous le sigle de FDLR. Le groupe opère depuis des années dans les zones reculées du Congo, tuant et violant les civils et exploitant les riches ressources minières de la région pour financer ses activités.

Les Etats-Unis se sont joints aux autres pays pour se féliciter de l’action de l’Allemagne et des mesures prises par d’autres gouvernements pour arrêter les leaders FDLR. La France a annoncé avoir ouvert une enquête au sujet de Callixte Mbarushimana, numéro trois du groupe, et l’Ouganda a récemment détenu Idelphone Nizeyimana, un chef militaire FDLR recherché pour son rôle dans le génocide rwandais de 1994. Les Etats-Unis et les autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont également imposé un embargo aux voyages des leaders FDLR et gelé leurs avoirs.

Tandis que la communauté internationale agit pour neutraliser les dirigeants du groupe, les Etats-Unis exhortent les membres des FDLR à déposer les armes et à se présenter à la mission de maintien de la paix de l’ONU en RDC, la MONUC. Celle-ci a facilité le retour au Rwanda de plus 1.300 anciens combattants FDLR, qui ont reçu une aide financière en vue de reprendre une vie civile normale et paisible.

XS
SM
MD
LG