Liens d'accessibilité

Barack Obama en Corée du Sud: la Corée du Nord en tête de son agenda


Le président Barack Obama est arrivé à Séoul en Corée du Sud, dernière étape de son périple asiatique. On s’attend à ce qu’il appuie son homologue sud-coréen concernant programme nucléaire nord-coréen. Le président Obama, qui a atterri sur une base aérienne américaine, doit avoir des entretiens, demain, avec le président sud-coréen Lee Myung-bak à Séoul.

La Corée du Sud et les États-Unis tentent de ramener la Corée du Nord aux pourparlers à six, qui visent à démanteler son programme d’armement nucléaire. Le chef de l’exécutif américain a indiqué qu’il dépêchera un émissaire à Pyongyang avant la fin de l’année pour des discussions directes avec les dirigeants nord-coréens. Toutefois, cela n’aura lieu que dans l’objectif de relancer le processus multinational, a-t-il précisé.

En dehors de la question nord-coréenne, le séjour de M. Obama s’inscrit dans le cadre des relations bilatérales entre Séoul et Washington. « Franchement, les relations sont fort bonnes en ce moment, si bien qu’il n’y a pas nécessairement de questions brûlantes à l’ordre du jour. Ils vont coordonner leur action sur la Corée du Nord, et aborderont d’autres questions d’intérêt commun. Le président Obama remerciera la Corée du Sud pour sa contribution en Afghanistan », a expliqué Scott Snyder, directeur du Centre de la politique États-Unis-Corée.

Il n’y a pratiquement pas eu de manifestations dans la période précédant l’arrivée de M. Obama à Séoul. Toutefois, un groupe de militants en faveur des droits de l’Homme en Corée du Nord a appelé le président américain à s’exprimer plus vigoureusement contre les exactions de Pyongyang. Tim Peters, un des leaders des manifestants, accuse M. Obama d’être très mou sur la question des droits humains et de mettre plutôt l’accent sur les questions économiques et de sécurité.

« Monsieur le président, votre voix est désespérément nécessaire », a-t-il lancé.Les militants des droits humains veulent que les États-Unis exercent plus de pression sur la Chine afin qu’elle cesse de rapatrier de force les réfugiés nord-coréens, qui risquent des peines sévères et même l’exécution.

XS
SM
MD
LG