Liens d'accessibilité

l'ICBL signale des progrès dans l’élimination des mines antipersonnel


Un nouveau rapport fait état de progrès importants en matière d’éradication des mines anti-personnel depuis la mise en place, il y a 10 ans, de la convention interdisant l’utilisation de ces armes. Le 11ème rapport annuel de la campagne internationale contre les mines, l’ICBL, signale une baisse importante de la production et du stockage de ces armes.

A ce jour, 156 pays ont ratifié le traité interdisant les mines contre 39 qui ne l’ont pas encore fait, indique le rapport de l’ICBL, l’observatoire des mines. Steeve Goose de l’ONG Human Rights Watch est l’un des auteurs de la réglementation contre les mines anti-personnel. Il cite parmi les non-signataires, la Chine, la Russie, les Etats-Unis, l’Inde et le Pakistan qui, dit-il, disposent des plus importants stocks de mines dans le monde.

« Toutefois, nous observons que la grande majorité des 39 pays non-signataires respectent tout de même les aspects fondamentaux du traité, a souligné Steve Goose. Les Etats Unis par exemple n’ont pas utilisé de mines anti-personnel depuis 1991, n’en ont pas exporté depuis 92, et n’en ont pas produit depuis 97. De plus, l’administration Obama reconsidère actuellement le traité. »

Steeve Goose a indiqué que les Etats Unis participeront au sommet de Carthagène en Colombie pour un monde sans mines, qui aura lieu début décembre. Ce sera première participation américaine à une rencontre officielle sur la question depuis 10 ans, a-t-il précisé.

D’après le rapport de l’observatoire des mines, seuls deux pays continuent d’utiliser ces armes : la Birmanie et la Russie. Toutefois leur utilisation par des groupes rebelles a diminué en 2008.

Par ailleurs, Steve Goose signale que durant la dernière décennie, 44 millions de mines antipersonnel stockées ont été détruites dans 86 pays. Pour leur part, la Biélorussie, la Grèce et la Turquie n’ont pas respecté la date limite de destruction et sont en violation du traité.

Néanmoins, pour monsieur Goose, la destruction de ces armes est un aboutissement majeur.
Entre 1999 et 2008, l’observatoire a recensé plus de 73 500 victimes dans 119 pays, et les chiffres actuels sont probablement plus importants.

XS
SM
MD
LG