Liens d'accessibilité

Etats-Unis : bonnes nouvelles sur le front économique


Quelques jours après la publication des chiffres faisant état d’un taux de croissance supérieur aux 3,5 % prévus au cours du troisième trimestre 2009, d’autres signes de frémissement économique ont fait leur apparition. Le département du commerce a publié un rapport selon lequel, les dépenses en matière de construction ont grimpé de 0,8 pour cent au mois de septembre, soit mieux que les prévisions des analystes.

Cette performance a été favorisée par un bond des constructions résidentielles depuis 2003.
« C’est une bonne nouvelle, dit Don Santos, propriétaire d’une entreprise de construction en Floride. Quand on met de l’argent dans la construction, on récolte directement des emplois. C’est exactement ce qu’il faut à cette économie. Je pense donc, conclut-il, c’est super. »

De bonnes nouvelles positives sont également venues du secteur immobilier. Le nombre de contrats signés pour l’achat de maisons existantes a bondi pour le huitième mois consécutif au mois de septembre, pour atteindre un chiffre record depuis 2006.

Les acheteurs de maisons répondent à l’expiration imminente des déductions fiscales accordées aux acquéreurs de leur première maison, dit Walter Maloney, porte-parole de l’Association nationale des agents immobiliers. « Ce que nous voyons, dit-il, est une ruée des premiers acquéreurs pour profiter de l’exemption de taxe d’ici la fin de ce mois. Cela va aider à faire baisser les stocks existants et contribuer à stabiliser plus rapidement les prix des maisons », a expliqué Maloney.

De l’avis des économistes, un sursaut du marché des valeurs immobilières contribueraient à rassurer les consommateurs américains et à donner un coup de fouet à la reprise économique.

Pour sa part la compagnie Ford fait état d’un gain net d’un milliard de dollars pour le 4è trimestre, du fait des mesures incitatives fédérales pour l’achat de véhicules consommant moins de carburant. Ford qui a été le seul grand fabricant d’automobiles à rejeter l’aide d’urgence du gouvernement au cours de l’année écoulée, pense pouvoir retrouver le statut de compagnie faisant des profits solides d’ici 2011.

La seule fausse note dans ce contexte optimiste vient de la faillite dimanche de CIT, un grand bailleur de crédit aux petites entreprises américaines. De nombreux vendeurs au détail auront moins de crédits et leurs fournisseurs encore moins de crédit. Et malgré les signes de reprise, le chômage campe fermement aux alentours de 9,8 %.

XS
SM
MD
LG