Liens d'accessibilité

L’impact dévastateur de l’opium afghan détaillé dans un nouveau rapport de l’ONUDC


L'opium afghan est une menace à la santé et à la sécurité mondiale, affirme l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Dans un nouveau rapport publié mercredi, intitulé « Dépendance, criminalité et insurrection : la menace transnationale de l'opium afghan », l’ONUDC fait valoir que les conséquences mondiales du trafic illicite de stupéfiants en Afghanistan sont « dévastatrices », et l’agence rejette la responsabilité de la crise sur « la négligence bienveillante » des parties concernées.

L’opium et l’héroïne sortis en contrebande d’Afghanistan chaque année ont un impact mortel sur les pays de transit, depuis l’Europe jusqu’à l’Asie, relève le rapport onusien. L’Afghanistan produit plus de 90% de l’opium mondial.

Seulement 20% du trafic mondial d'héroïne d'Afghanistan est intercepté, note le rapport, contre 36% pour la cocaïne en provenance de Colombie.

Selon le patron de l’ONUDC, Antonio Maria Costa, le trafic entre l'Afghanistan et le Pakistan est facilité par des liens étroits entre les tribus pachtounes et baloutches, ainsi que par l’absence d’État de droit dans la région. M. Costa a demandé qu’on alloue des ressources supplémentaires pour lutter contre ce fléau à sa source.

L’opium afghan à partir duquel est produite l'héroïne, représente un commerce de 65 milliards de dollars et affecte 15 millions de personnes dépendantes, ajoute le rapport. Il est responsable de 100.000 décès par an dans le monde et joue un rôle dans la propagation sans précédent du VIH et dans le financement du crime organisé, de groupes insurgés et du terrorisme.

XS
SM
MD
LG