Liens d'accessibilité

Après la CEDEAO, c’est au tour de l’UE d’annoncer des sanctions contre la junte au pouvoir en Guinée



Des responsables de l’Union européenne (UE) affirment que les pays membres de l’organisation ont décidé d’imposer un embargo sur les armes contre la Guinée, en réaction à la répression sanglante de manifestants fin septembre à Conakry.

D’autres sanctions ciblées ont été décidées contre des membres de la junte au pouvoir à Conakry, dont un gel des avoirs et des restrictions de visas.

Ces sanctions devraient être approuvées par les ministres des Affaires étrangères de l’UE lors d’une rencontre la semaine prochaine au Luxembourg. La Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a également décrété samedi un embargo sur les armes contre la Guinée, évoquant les violations massives des droits humains commises à Conakry où, selon des témoins et groupes de protection des droits humains, au moins 157 personnes ont été tuées dans un stade de la capitale.

Par ailleurs, l’ONU a déclaré mercredi avoir obtenu le soutien de la junte à la mise en place d’une commission d’enquête sur les événements de fin septembre à Conakry.

XS
SM
MD
LG