Liens d'accessibilité

Nouvelle controverse autour de l’élection présidentielle en Afghanistan


De source onusienne, on confirme qu’un document sur l’élection présidentielle controversée en Afghanistan était resté confidentiel. Il portait sur d’importantes irrégularités dans certaines provinces.

Le quotidien américain Washington Post a déclenché mercredi la controverse en affirmant que le chef de la mission de l'ONU à Kaboul, le Norvégien Kai Eide, avait gardé confidentiel un document montrant que dans plusieurs provinces remportées par le président afghan sortant, Hamid Karzaï, le nombre de bulletins enregistrés dépassait de plus de 100.000 le nombre de votants.

D’où les écarts criants entre les résultats annoncés par la Commission électorale indépendante (CEI) afghane, et les estimations sur la participation électorale.

Le porte-parole de l’ONU à Kaboul, Dan McNorton, a mis en garde contre des conclusions hâtives. « Il s’agit de données brutes mal étayées qui devraient être traitées comme telles », a-t-il expliqué.

Les irrégularités sont particulièrement frappantes dans les provinces méridionales, et dans l’Est de l’Afghanistan, où M. Karzaï a remporté des majorités écrasantes. Dans la région de Helmand notamment, où selon l’ONU, entre 5 000 et 38 000 personnes auraient voté le 20 août, la CEI aurait enregistré quelques 135 000 suffrages.

L’ONU aurait également réuni des preuves sur les fraudes commises en faveur du candidat d’opposition Abdullah Abdullah, mais elles ne seraient pas aussi vastes.

Les accusations de fraudes ont terni la légitimité de l’élection présidentielle. Selon des résultats officieux, M. Karzaï aurait remporté 54% des suffrages, mais s’il s’avère qu’il n’a pas obtenu la majorité, un second tour pourrait avoir lieu. Un ultime décompte des voix se poursuit, dont on pourrait connaître le résultat d’ici à la fin de la semaine prochaine.

La semaine dernière, l'ancien adjoint de Kai Eide, Peter Galbraith, a été démis de ses fonctions par le Secrétaire général de l’ONU, après qu’il eut accusé son supérieur d'avoir refusé de divulguer des informations concernant les fraudes commises surtout par les partisans de M. Karzaï. Des allégations rejetées par l’ONU.

XS
SM
MD
LG