Liens d'accessibilité

Moussa Dadis Camara à la VOA : les exactions de Conakry se sont déroulées « par la lourde faute des leaders politiques »


Le chef de la junte militaire au pouvoir à Conakry, le capitaine Moussa Dadis Camara, rejette toute responsabilité dans l’intervention musclée des forces de sécurité à Conakry ; des incidents qui ont fait au moins 157 morts selon l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’Homme.

« Des exactions se sont déroulées par la faute lourde des leaders politique », a-t-il indiqué dans une interview exclusive à la VOA. Selon le dirigeant guinéen, ces leaders politiques connaissent « que leur armée n’est pas structurée, (…) que dans leur armée, il y a des incontrôlés parce que le statut n’est pas respecté il y a de cela un demi-siècle. »

Le chef de la junte militaire guinéenne a accusé les leaders politiques d’être animés « par l’ambition du pouvoir. » Selon lui, ces derniers « ont violenté les lois, ils ont accepté d’aller défoncer le stade du 28 Septembre pour simplement manifester. »

Poursuivant son explication, Moussa Dadis Camara a dit qu’un communiqué avait appelé l’opposition à « surseoir » à la manifestation du 28 septembre. Il a affirmé avoir personnellement téléphoné à l’un des leaders de l’opposition pour lui suggérer d’organiser la manifestation « le 29 parce que le 28 septembre a été le référendum qui a conduit le pays vers l’indépendance. »

« La Guinée a une expérience, qui s’est soldée par la prise de pouvoir par le CNDD (…) sans effusion de sang », a-t-il souligné. Le chef de la junte militaire guinéenne se dit « très déçu » et « dans une consternation » après les sanglants incidents de Conakry.

XS
SM
MD
LG