Liens d'accessibilité

La communauté internationale condamne  les violences en Guinée


Les Etats-Unis s’inquiète de la tournure des événements en Guinée. « Nous sommes profondément préoccupés par la dégradation générale de la situation sécuritaire à Conakry. Nous encourageons le gouvernement guinéen à la retenue et à veiller à la sécurité des Guinéens et des ressortissants étrangers », a déclaré le secrétaire d’Etat-adjoint américain aux Affaires publiques, Philip Crowley.

« De toute évidence, le bilan de plus 150 morts représente de très importantes pertes en vies humaines et nous préoccupe beaucoup », a souligné le secrétaire d’Etat-adjoint américain aux Affaires publiques en appelant la junte au pouvoir à Conakry à libérer tous les détenus politiques.

Le sénateur Russ Feingold, président de la sous-commission sénatoriale des Affaires étrangères, se dit, scandalisé par les informations selon lesquelles les troupes guinéennes ont ouvert le feu sur une manifestation de l’opposition.

Qualifiant cette répression de flagrante et de violente, le sénateur Feingold a dit qu’il se joint à l’administration Obama, à l’Union européenne, à l’Union africaine et la CEDEAO pour exhorter le capitaine Moussa Dadis Camara à respecter sa promesse de ne pas se porter candidat aux élections prévues en janvier.

« La Guinée est à la croisée des chemins et ses leaders doivent prendre des mesures pour la tenue d’élections libres et retour à un régime civile », a déclaré le président de la sous-commission des Affaires étrangères du Sénat américain. « Sinon, leur pays fera probablement face à un isolement accru à l’extérieur et à l’instabilité à l’intérieur », a averti le sénateur américain Russ Feingold.

Pour sa part, Paris a suspendu sa coopération militaire avec la junte au pouvoir à Cona

XS
SM
MD
LG