Liens d'accessibilité

Trois terroristes présumés devant une cour fédérale américaine


Trois hommes d'origine afghane ont été interpellés samedi soir par la police fédérale américaine, le FBI, dans les États du Colorado et de New York, au motif qu’ils avaient fait de fausses déclarations dans le cadre d'une enquête touchant au terrorisme international ainsi qu’à l’intérieur même des États-Unis.

Il s’agit de Najibullah Zazi (24 ans) et d’un indicateur de la police, Ahmad Wais Afzali (37 ans), deux afghans résidant légalement aux États-Unis. Également interpellé : le père de Zazi, Mohammed Wali Zazi (53 ans), naturalisé américain et qui habite avec son fils à Aurora, dans l'État du Colorado, tandis qu’Afzali réside à Flushing dans le quartier de Queens à New York.

Les trois suspects, qui devaient comparaître devant une Cour fédérale aujourd’hui, sont accusés d’avoir délibérément et en toute connaissance de cause fait de fausses déclarations au FBI. S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à 8 ans de réclusion.

Toujours selon le FBI, Najibullah Zazi s’est rendu au Pakistan en août 2008 et n’est pas revenu aux États-Unis avant 2009. Durant son séjour, il serait resté en contact avec son père et avec Afzali. A l’occasion de conversations téléphoniques, sous écoute, les trois hommes auraient dit être conscients de faire l’objet d’une surveillance de la part des autorités américaines. Le préfet de police de New-York, Raymond Kelly, a dit à la presse dimanche que lors du passage à New York début septembre de Najibullah Zazi, le FBI avait pu fouiller sa voiture de location, où elle avait découvert un ordinateur portable.

« Dans cet ordinateur, on a trouvé 9 pages manuscrites sur des fusibles, ou les moyens de rassembler plusieurs détonateurs pour produire une explosion plus puissante » a expliqué M. Kelly

On reproche au jeune Zazi d’avoir dit ignorer l’existence de ces notes manuscrites. De surcroît, pendant son interrogatoire, il aurait reconnu avoir appris à manier des armes et des explosifs dans un camp d’Al-Qaïda dans les régions tribales du Pakistan. Najibullah Zazi aurait démenti toute implication dans un complot terroriste.

Afzali aurait menti lors d’une interview avec le FBI lorsqu’il aurait déclaré n’avoir pas informé le jeune Zazi, ni son père, que les autorités s’intéressaient à leurs activités. Mohammed Zazi est à son tour accusé d’avoir menti à la police fédérale lorsqu’il aurait démenti connaître Afzali, ou lui avoir parlé.

L’enquête ne fait que commencer, a souligné le préfet Kelly, suggérant que d’autres arrestations pourraient avoir lieu. Un haut responsable pour la sécurité nationale du ministère de la Justice, David Kris, a précisé que les autorités n’avaient pas connaissance de plans spécifiques des suspects en vue d’une attaque.

XS
SM
MD
LG