Liens d'accessibilité

Soudan: échec des pourparlers électoraux entre le Nord et le Sud


La nouvelle série de discussions entre le Nord et le Sud-Soudan, sous la médiation de l’émissaire spécial américain pour le Soudan, Scott Gration, n’a rien donné. Des divergences subsistent entre les deux parties concernant les prochaines élections générales et le référendum d’autodétermination au Sud-Soudan.

Les dernières discussions entre le Parti national du congrès (NCP) au pouvoir à Khartoum et le Mouvement de libération du peuple soudanais (SPLM), parti qui dirige le Sud-Soudan, portaient sur le projet de référendum au Sud-Soudan.

Le NCP dit que le SPLM n’a jamais été sérieux concernant son engagement à faire de l’unité nationale une option attractive avant le référendum. Le Nord retarde, à dessein, l’application de l’accord de paix dans le but d’empêcher le référendum du Sud-Soudan, rétorque le SPLM.

Par ailleurs, le NCP exige que le « oui » l’emporte par une majorité d’au moins 75% au référendum de 2011 pour que l’indépendance du Sud soit possible tandis que le SPLM estime qu’une majorité simple suffirait.

Autre problème majeur: les deux parties ne s’entendent pas sur corps électoral à convoquer pour le référendum. Le Nord pense que les sudistes vivant dans la partie septentrionale du Soudan doivent pouvoir également voter tandis que le Sud veut limiter le scrutin aux seuls habitants du Sud.

Pour compliquer d’avantage les choses, le Nord et le Sud ne s’entendent pas sur les résultats du récent recensement national, qui jouera un rôle-clé dans les élections générales d’avril 2010.

Les parties s’accusent mutuellement de vouloir saboter l’accord de paix de 2005. Selon Yen Matthew, porte-parole du SPLM, les pourparlers se poursuivront à une date qui sera fixée en concertation avec Scott Gration.

XS
SM
MD
LG