Liens d'accessibilité

La stabilisation de l’Afghanistan discutée à Paris


Plus de 25 émissaires internationaux ont discuté aujourd’hui, à Paris, des moyens de stabiliser l’Afghanistan. L’émissaire américain pour l’Afghanistan et le Pakistan, Richard Holbrooke, a pris part à ces travaux.

Les troupes étrangères ne quitteront pas ce pays avant qu’il soit stabilisé, a assuré le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner. La communauté internationale, a-t-il dit, veut soutenir l’Afghanistan par des projets de développement « liés à l’agriculture, la santé et l’éducation. »

Les pourparlers en France s’inscrivent dans le cadre d’une série de concertations régulières des émissaires spéciaux s’occupant de l’Afghanistan. Le groupe a discuté de l’élection présidentielle afghane du 30 août.

Il importe peu aux Etats-Unis qu’un deuxième tour soit nécessaire, a déclaré Richard Holbrooke, expliquant que Washington est surtout préoccupé par la transparence du processus électoral. L’émissaire américain a minimisé la portée des allégations de fraude généralisée, affirmant que de telles allégations sont enregistrées au sein de toute démocratie.

Sur la base des résultats de 60% des bureaux de vote, la commission électorale afghane a annoncé que le président Hamid Karzai maintient son avance sur l’ancien chef de la diplomatie Abdullah Abdullah. Toutefois, le chef de l’Etat afghan n’a pas atteint les 50% de voix qui lui éviteraient un deuxième tour, précisent les responsables électoraux.

XS
SM
MD
LG