Liens d'accessibilité

Dossier nucléaire iranien : Washington promet d’étudier toute nouvelle proposition de Téhéran


L’administration Obama s’est engagée à étudier avec soin et dans un esprit de respect mutuel toute nouvelle proposition de Téhéran en rapport avec le programme nucléaire iranien. Le négociateur nucléaire iranien avait fait savoir auparavant que son pays avait des éléments nouveaux à verser au dossier.

Ni Washington, ni aucun pays impliqué dans les pourparlers avec Téhéran n’a encore reçu de nouvelle proposition iranienne, indique-t-on au département d’Etat américain. Les autorités américaines n’écartent cependant pas la possibilité de nouvelles négociations. Elles ajoutent qu’une réponse constructive de Téhéran aux propositions faites en début d’année par une grande puissance nucléaire serait la bienvenue.

En concertation avec les autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne, appelés « groupe des 5+1 », les Etats-Unis ont proposé en avril à l’Iran un nouveau programme d’aide économique et d’autres mesures incitatives en échange de l’arrêt de son programme d’enrichissement nucléaire et du retour à la table des négociations.

Avec le soutien de ses principaux alliés européens, l’administration Obama a prévenu que Téhéran encourrait des sanctions encore plus dures si l’impasse perdurait jusqu’à la fin de ce mois de septembre.

Le principal négociateur iranien, Said Jalili, a déclaré mardi à Téhéran que son pays a mis au point une nouvelle série de propositions sur la question nucléaire, dont il souhaite discuter avec les grandes puissances.

A l’occasion d’un point de presse, le porte-parole du département d’Etat, Ian Kelly a indiqué que de telles propositions n’ont pas encore été transmises au « groupe des 5+1. » Si tel était le cas, ces propositions feraient l’objet d’une étude sérieuse, a-t-il assuré.

L’Iran a toujours affirmé que l’objet de son vaste programme d’enrichissement d’uranium est d’alimenter des générateurs d’énergie civile. Washington et bien d’autres capitales occidentales pensent, au contraire, que Téhéran cherche à mettre au point des armes nucléaires.

L’apparente ouverture diplomatique iranienne vient s’inscrire dans un contexte où les diplomates des « 5+1 » se concertent ce mercredi à Francfort sur le dossier nucléaire iranien. Ce point devrait être également évoqué dans les coulisses de l’assemblée générale de l’ONU qui s’ouvrira au cours de ce mois de septembre à New York.

XS
SM
MD
LG