Liens d'accessibilité

Les Américains contre la libération du Libyen Al-Megrahi


L’admission d’Abdelbaset Ali Al-Megrahi à une libération fondée sur des considérations humanitaires suscite de nombreuses réactions à travers le monde. Cet agent des services secrets libyens condamné en rapport avec l’attentat contre le vol 103 de la PANAM au-dessus de l’Ecosse soufre, selon les médecins, d’un cancer de la prostate en phase terminale.
Al-Megrahi a déjà passé huit ans en prison pour cet attentat qui a causé la mort des 259 passagers à bord et de 11 personnes au sol.

Bien avant sa libération, la nouvelle avait suscité de vives réactions, surtout au niveau des familles des victimes américaines. Nombreux sont en effet ceux qui estiment qu’une personne condamnée pour avoir causé la mort de 270 innocents ne devrait faire l’objet d’aucune compassion.

Tout en condamnant l’attentat de Lockerbie qu’il a qualifié de crime haineux, le ministre écossais de la justice, Kenny McAskill. estime qu’il y a lieu de tenir compte de certaines considérations humanitaires. Il se dit conscient que sa décision serait contestée.

La Maison-Blanche a exprimé de « profonds regrets » à l’annonce de M. McAskill. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a, de son côté, invité les autorités écossaises à ne pas libérer Al- Megrahi. Elle a publié un communiqué dans lequel elle se déclare profondément déçue et exprime sa sympathie aux familles ayant perdu des êtres chers dans l’attentat de 1988. Sept sénateurs américains ont écrit au gouvernement écossais dans le même sens.

Abdelbaset Ali Mohameit Al-Megrahi a toujours proclamé son innocence et a interjeté appel deux fois. C’en l’an dernier qu’on lui a découvert un cancer de la prostate et, de l’avis des experts, il ne lui reste quelques mois à vivre.

XS
SM
MD
LG