Liens d'accessibilité

Une société française, Eole Water, fabrique de l’eau à partir du vent


En réfrigérant l’air, les éoliennes de la société Eole Water SAS, basée en France, peuvent produire de l’eau potable sur une île comme dans un désert, une résidence secondaire comme un camp de réfugiés, fait valoir l’inventeur Marc Parent.

Transformer l’air en eau n’est pas une chimère, loin de là. Chaque matin, les gouttes de rosée témoignent d’un phénomène de condensation qu’il suffit de recréer à plus grande échelle. Marc Parent est là pour le prouver. Sa société, Eole Water SAS, installée à Sainte-Tulle dans les Alpes-de-Haute-Provence, en France, a mis au point des éoliennes capables de fabriquer de l’eau potable à partir de l’humidité de l’air.

« C’est très simple. On se sert de l’énergie du vent pour actionner un système de déshumidification qui va prélever l’humidité contenue dans l’air » a déclaré M. Parent dans une interview avec la VOA. L’éolienne aspire l’air, qui est refroidi grâce à l’électricité générée par le vent, la vapeur d’eau est condensée puis filtrée. Voilà, elle est prête à la consommation. « Le système dépend du vent puisque le vent est essentiellement l’énergie qui nous est fournie », ajoute M. Parent. Ce qui signifie notamment que le processus n’implique aucun rejet de CO².

Les éoliennes sont conçues pourfonctionner pendant plus de 15 ans et sontentièrement recyclables. « On a mis au point exactement quatre prototypes, … et on atteint un degré de fiabilisation qui est très, très bon », précise M. Parent. Grâce à leur mobilité, les éoliennes peuvent être implantées dans les endroits les plus isolés.

Trois éoliennes actuellement proposés vont de 10 m de hauteur, et d'une capacité maximum d’environ 50 litres/24h, à 24 mètres et une capacité de plusieurs milliers de litre d’eau par 24 h en zone côtière. A noter que les estimations de production dépendent du vent et du climat de la zone où l’on envisage d’installer les éoliennes.

Celles-ci fabriquent même de l’énergie en surplus, souligne M. Parent. « Il reste quand même environ 30% d’énergie supplémentaire lorsque le système fonctionne en production d’eau », dit-il.

Leur coût varie, commençant à environ 10 000 euros, mais M. Parent fait valoir qu’une fois la production industrielle lancée, ce prix devrait diminuer. « Il faut savoir qu’aujourd’hui les prix proposés sont des prix qui correspondent au prix d’une éolienne de même puissance qui ne produit que de l’énergie électrique » explique le patron d’Eole Water SAS, qui se dit conscient du coût de ces machines pour les personnes qui n’ont pas de l’eau potable.

Un responsable de l’entreprise doit se rendre prochainement à Houston au Texas pour tenter de réunir des investissements.

XS
SM
MD
LG