Liens d'accessibilité

Après le Nigeria, la secrétaire d’Etat américaine au Liberia


La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton est arrivé hier au Liberia où elle aura des entretiens avec la présidente Ellen Johnson Sirleaf. Ces discussions porteront sur le renforcement des relations entre les deux pays. Le Liberia est toujours en phase de reconstruction après la guerre civile qui a embrasé le pays de 1989 à 2003.

Hier au Nigéria, Mme Clinton a appelé les autorités à procéder à une vaste réforme politique et à lutter contre la corruption. Selon elle, l’avenir du Nigéria du Nigéria dépend de la bonne gouvernance, du règne de l’Etat de Droit et de la lutte contre la corruption.

Les deux pays vont mettre en place une nouvelle commission bilatérale pour renforcer leurs relations et discuter des nombreux défis, y compris les tensions intercommunautaires et la violence dans la région du Delta. « Les Etats Unis voient le Nigéria comme un pays ami, un allié et partenaire dans plusieurs domaines c’est aussi un grand pays en Afrique », a déclaré Hillary Clinton.

La secrétaire d’Etat se dit encouragée par les progrès faits par le gouvernement du président Umaru Yar’Adua dans la lutte contre le trafic humain. Un autre élément d’importance, selon elle, est que les soldats nigérians sont déployés dans les opérations de maintien de la paix un peu partout dans le monde.

Washington apprécie les efforts fournis par Abuja dans la résolution des conflits, a dit la chef de la diplomatie américaine. « Sans le Nigéria, le Libéria ne serait pas un pays libre. La Sierra Leone n’aurait pas mis fin à des décennies de guerre civile. Le commandant des casques blancs au Soudan est aussi nigérian… Le Nigéria a été particulièrement actif sur des questions régionales et internationales du Zimbabwe au Niger et a condamné fermement les coups d’Etat en Mauritanie en Guinée », a souligné la secrétaire d’Etat américaine.

Pour Hillary Clinton, la nouvelle commission bilatérale va aider à améliorer une coopération militaire déjà étroite entre les deux pays dans la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue. « Nous travaillons ensemble sur la sécurité maritime du golfe de Guinée…Un endroit dangereux à cause de la présence de mouvements rebelles, de trafiquants de drogue, trafiquants d’armes et d’autres criminels », a-t-il dit.

Cependant, la secrétaire d’Etat reconnait aussi les nombreux défis qui se posent. « Nous appuyons fermement et encourageons les efforts du gouvernement nigérian à plus de transparence, réduire la corruption et soutenir le processus démocratique en préparation des élections en 2011 », a-t-elle déclaré.

Pour son homologue nigérian Ojo Maduekwe cette commission conjointe est une opportunité pour les deux pays. « Il y a un consensus national très fort pour le renforcement de la démocratie, un engagement profond pour le règne du droit et les réformes électorales. Et j’ai dit à la secrétaire d’Etat, s’il y a un décalage entre ces engagements et leur réalisation, c’est à ce niveau où la commission conjointe est d’importance stratégique », a dit, se son côté, Ojo Maduekwe.


XS
SM
MD
LG