Liens d'accessibilité

États-Unis :  tension dans le débat national sur l’assurance-maladie


La tension ne cesse de grimper dans le débat sur la réforme du système national d’assurance-maladie, priorité du président Barack Obama. Le chef de l’exécutif déploie des efforts pour calmer les esprits et accroître les chances de succès de son initiative au Congrès. La question suscite une vive passion.

Les législateurs entendent des opinions très tranchées lors des réunions communautaires prises d’assaut par des citoyens furieux. Hier, le sénateur Arlen Specter de Pennsylvanie, républicain devenu récemment démocrate, s’est retrouvé face-à-face avec un manifestant particulièrement hostile.

« Je ne suis pas un lobbyiste disposant de toutes sortes d’argent pour bourrer vos poches afin que vous trompiez les citoyens de ce pays. Alors je m’en irai et quant à vous, faites tout que ce qui vous plaira », a craché ce manifestant.

La scène, quelques heures plus tard, était plus calme, à Portsmouth, dans l’Etat du New Hampshire où le président Obama a répondu aux questions des habitants. Le chef de l’exécutif américain a saisi l’occasion pour se prononcer sur le ton du débat national. « Il y a eu un débat long et vigoureux sur cette question, et il doit en être ainsi. C’est cela l’Amérique: nous avons un débat vigoureux. C’est pour cela que nous avons une démocratie ; mais j’espère que nous allons nous parler et non ignorer les autres points de vue », a-t-il déclaré.

De l’avis du président Obama, la réforme du système d’assurance-maladie mérite d’être sérieusement examinée. Ce projet fait l’objet de beaucoup de désinformation de la part de ses adversaires et il est nécessaire de tirer les choses au clair, a-t-il dit.

« Là où nous sommes en désaccord, ayons des désaccords sur des choses réelles, et non sur des faits déformés n’ayant aucun rapport avec ce qui est réellement proposé », a souligné M. Obama. Le chef de l’exécutif s’est notamment inscrit en faux contre la notion selon laquelle il voudrait mettre l’ensemble du système de santé sous la coupe du gouvernement fédéral, ou qu’il envisagerait de réduire dramatiquement le « Medicare », le système d'assurance de santé géré par le gouvernement américain et destiné aux personnes de plus de 65 ans ou répondant à certains critères. Les adversaires de la réforme répandent ces rumeurs pour faire peur aux Américains, a dit le président américain.

L’administration Obama est passée à l’offensive avec, cette semaine, une série d’événements présidentiels sur la réforme de l’assurance-maladie en commençant par la réunion communautaire de mardi au New Hampshire. Les capacités du site Web de la Maison-Blanche ont également été renforcées afin de fournir directement des réponses aux questions et préoccupations relatives à la réforme de l’assurance-maladie aux États-Unis.

XS
SM
MD
LG