Liens d'accessibilité

La police nigériane annonce la mort du chef de la secte Boko Hama, Mohamed Yusuf


La police nigériane a annoncé la mort du chef de la secte Boko Hama, Mohamed Yusuf, peu après sa capture par les forces de l’ordre. Il avait été détenu dans la journée à Maiduguri dans le Nord-Est du pays. Selon l’Agence France Presse, qui cite des sources au sein de la police, il aurait « supplié et demandé le pardon avant d'être tué par balles». Un porte-parole de la police de Maiduguri a déclaré à la presse que la dépouille de Yusuf pouvait être vu dans les locaux du commissariat central de la ville.

Au cours de la journée de jeudi, des tirs d’artillerie et d’armes légères se sont fait entendre à Maiduguri, chef-lieu de l’État de Borno, frontalier du Cameroun, au moment où l’armée nigériane pilonnait les derniers retranchements des insurgés islamistes. Elle compte en finir bientôt avec les résidus de la secte.

De source proche du commandement militaire nigérian, l’anéantissement de cette organisation de type Taliban est proche. Les forces de sécurité faisaient du porte-à-porte pour ratisser la ville, à la recherche des insurgés. C’est de Maiduguri que tout est parti dimanche, quand les militants ont attaqué un commissariat de police à Bauchi.

Le président nigérian Umaru Yar’Adua a donné ordre aux forces armées nigérianes d’écraser ce mouvement une bonne fois pour toutes.Trois cents personnes environ ont trouvé la mort en quatre jours d’affrontements entre forces de sécurité et insurgés islamistes. Ces derniers cherchent à imposer la sharia (loi islamique) dans le nord du pays, à majorité musulman. Le Nigéria compte 150 millions d’habitants composés pour moitié de musulmans et pour moitié de chrétiens.

XS
SM
MD
LG