Liens d'accessibilité

Quelques heures après avoir annoncé une trêve, le Mend menace d’y mettre fin


Au Nigéria, le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend) a menacé de mettre fin à une trêve quelques heures seulement après l’avoir décrétée. Il a accusé l’armée de planifier une attaque contre l’un de ses camps. Si cette information s’avérait vraie, ont précisé ses porte-paroles, le groupe mettra un terme à la trêve.

Hier, le Mend avait décidé de déclarer un cessez-le-feu de 60 jours après la libération par le gouvernement central de l’un de ses dirigeants, Henry Okah.

De l’avis des analystes, la libération de M. Okah devrait faciliter la recherche d’une solution à la crise qui prévaut dans le delta du Niger. Selon Tony Uranta, membre de la commission présidentielle sur le delta du Niger, le gouvernement devrait aller un peu plus loin, en entamant des pourparlers avec le Mend.

« La libération d’Henry Okah maximise les chances de pouvoir trouver un terrain d’entente. Mais cela ne veut pas dire que le Mend va cesser toute activité dans l’immédiat » a dit M. Uranta, faisant valoir que la promesse présidentielle ne se traduirait pas par un retrait immédiat des forces combinées.

Le Mend avait fait de la libération d’Okah l’une de ses principales conditions pour que cesse l’insurrection. Les attaques contre les installations pétrolières ont entraîné une réduction de plus de 20% de la production pétrolière nationale depuis 2006.

Pour le ministre nigérian de la justice, Michael Aondoakaa, Abuja est disposé à dialoguer avec les rebelles, mais les miliciens du Mend devront mettre un terme aux attaques contre l’industrie pétrolière.

« Recherchons la solution aux doléances exprimées en recourant à des moyens constitutionnels. Asseyons-nous à la table de négociation et trouvons une solution à l’amiable. Nous pouvons œuvrer ensemble au développement de la région » affirmait mardi M. Aondoakaa.

Le Mend affirme se battre pour une répartition plus équitable de la richesse pétrolière du delta du Niger. M. Okah a été libéré de prison lundi par suite du retrait de la plainte du gouvernement contre lui.

Certains habitants du delta du Niger restent sceptiques quant à l’impact de la libération d’Okah sur l’insécurité dans la région. Ils pensent que le gouvernement nigérian doit faire des efforts supplémentaires s’il veut la paix. Le Mend a attaqué dimanche dernier une installation pétrolière flottante à la périphérie de Lagos, faisant cinq morts.

XS
SM
MD
LG