Liens d'accessibilité

Le discours d’Accra a suscité de nombreuses réactions en Afrique


Les réactions affluent de toutes parts après le message adressé par Barak Obama à Accra.Deux radios privées ont repris le message en direct.Au Tchad on a surtout retenu l’appel aux Africains à prendre leur destin en main, le rôle de la société civile dans le développement de l’Afrique et le choix du Ghana comme vitrine de la démocratie africaine.Ici et là, il y a ceux qui se demandé pourquoi leur propre pays n’a pas été choisi.De noimbreux Guinéens disent y avoir trouvé leur compte.

Le président Barack Obama, qui effectuait samedi au Ghana, sa première visite en Afrique subsaharienne depuis son arrivée à la Maison-Blanche, a prononcé un discours devant le Parlement ghanéen. M. Obama, dont le propos a notamment porté sur la démocratie, les opportunités, la santé et la résolution des conflits, a souligné que ces domaines sont la clé de l’avenir de l’Afrique et des pays en développement.

S’adressant aux législateurs ghanéens et à d’autres dignitaires, il a expliqué que la responsabilité mutuelleconstitue la base du partenariat entre leur pays et les Etats-Unis.
Le chef de l’exécutif américain a annoncé que son administration a alloué 63 milliards de dollars aux initiatives de santé en Afrique en vue de lutter contre le paludisme, la polio, la tuberculose et le VIH/sida.

Le président Obama a fermement déploré les conflits en Afrique, expliquant qu’ils constituent un boulet que traine l’Afrique. S’en prendre à quelqu’un tout simplement parce qu’il est d’une tribu différente n’a plus de place au 21e siècle, a-t-il déclare.L’avenir de l’Afrique, a-t-il dit, est entre les mains des Africains.

Réitérant un thème qu’il avait déjà abordé lors de cette visite au Ghana, Barack Obama a souligné que l’Afrique n’est pas un monde à part, mais une partie fondamentaled’un monde interconnecté.

M. Obama a dit avoir choisi le Ghana pour sa visite historique en Afrique subsaharienne en raison « de sa démocratie fonctionnelle » et à cause de son président, John Atta Mills, qui est, selon Barack Obama, « sérieux concernant la réduction de la corruption. »Le président Mills a pris fonction en janvier après une courte victoire contre le candidat du parti au pouvoir, qui a pacifiquement concédé la défaite.

Parmi les activités du président Obama et son épouse Michelle au Ghana, figure la visite du Cape Coast Castle, un fort de la côte ghanéenne à partir d’où des milliers esclaves étaient expédiés en Amérique pendant près de 300 ans. Mme Obama est une descendante de ces esclaves.

Les autorités ghanéennes disent avoir mobilisé 10 000 policiers pour assurer la sécurité durant cette visite du couple présidentiel américain.

A l'occasion du premier voyage en Afrique sub-saharienne du president Barack Obama, la VOA diffusera une emission speciale ce samedi 11 juillet entre 11.30 et 14.00 TU. Ce programme incluera la diffusion en direct du discours presidentiel ainsi que les reactions de personnalites americaines, africaines ainsi que de nos auditeurs. Vous pourrez nous suivre en ondes courtes sur 9815, 4960 à partir de 11.30 TU, 15225 à partir de 12.00 et 15730 à partir de 12.30 TU, et sur la bande FM avec nos stations partenaires. Si vous souhaitez participer a cette émission, écrivez nous à fr@voanews.com

XS
SM
MD
LG