Liens d'accessibilité

Iran : des milliers de militants de l’opposition au cimetière de Téhéran pour honorer la mémoire des morts


Les sites Internet de l’opposition iranienne avaient appelé à des rassemblements, aujourd’hui, à Téhéran, en dépit de la violente campagne de répression des forces de sécurité, qui ont arrêté de nombreux professeurs d’université, journalistes et citoyens ordinaires.

Selon des témoins, une foule d’environ 13 000 personnes s’est réunie au principal cimetière de Téhéran, en partie pour honorer la mémoire des victimes de la violence postélectorale.

Des habitants de la capitale iranienne disent qu’en temps normal, quelques 9 000 personnes visitent le cimetière de Behesht-e Zahra, où sont enterrés de nombreuses victimes de la guerre Iran-Irak.

Il n’y a pas eu de témoignages immédiats concernant des manifestations au cimetière ou ailleurs dans la capitale iranienne. Le candidat réformateur Mehdi Karroubi avait, un peu plus tôt, annulé une cérémonie de deuil prévue dans ce cimetière.

Mercredi, la police a violemment dispersé des centaines de manifestants qui tentaient de se rassembler près du siège du Parlement iranien.

Le gouvernement a maintenant un imposant dispositif de sécurité dans les rues, en particulier parce que les heurts de samedi entre les forces de sécurité et les manifestants ont fait au moins 10 morts. Des centaines de personnes avaient été interpellées.

Selon le bilan officiel, 17 personnes au total ont été tuées dans les incidents postélectoraux en Iran, mais les témoins estiment que le nombre de victimes est plus élevé. Le Grand Ayatollah Hossein Ali Montazeri a averti les leaders iraniens, aujourd’hui, que la poursuite de la répression pourrait déstabiliser le régime.

XS
SM
MD
LG