Liens d'accessibilité

Iran: la légitimité du scrutin du 12 juin en question selon le président Barack Obama


Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a condamné ce qu’il appelle « les actions injustes » du gouvernement iranien contre les manifestants, et a fait état de « sérieuses questions » concernant la légitimité du scrutin présidentiel.

Barack Obama n’a pas mâché ses mots dans sa conférence de presse aujourd’hui, à la Maison-Blanche concernant la campagne de répression du gouvernement iranien contre les protestataires. « Les Etats-Unis et la communauté internationales sont choqués et horrifiés par les menaces, les bastonnades et les arrestations de ces derniers jours. Je condamne fermement ces actions injustes. Et je me joins au peuple américain pour déplorer chaque vie innocente qui a disparu », a déclaré le chef de l’exécutif américain.

Le président Obama a souligné que les Iraniens ont certains droits imprescriptibles. « Le peuple iranien a le droit universel d’assemblée et de libre expression. Si le gouvernement iranien veut obtenir le respect de la communauté internationale, il doit respecter ces droits et tenir compte des volontés de son peuple », a précisé Barack Obama.

Les Iraniens ont clairement exprimé ce qu’ils veulent des autorités iraniennes, a ajouté le chef de l’exécutif américain. « Celles-ci doivent gouverner par consensus et non la contrainte. C’est ce que le peuple iranien réclame. Et les Iraniens eux-mêmes seront les juges des actions de leur gouvernement », a souligné le Patron de la Maison-Blanche.

Mais tout en haussant le ton à l’égard de Téhéran, le président Obama a réitéré sa détermination de ne pas s’immiscer dans les affaires internes iraniennes. « J’ai clairement indiqué que les Etats-Unis respectent la souveraineté de la république islamique d’Iran… et ne s’ingèrent pas dans ses affaires intérieures. Mais nous devons porter témoignage du courage et de la dignité du peuple iranien et de l’ouverture remarquable de la société iranienne », a ajouté Barack Obama.

Le président américain a fait remarquer que les observateurs internationaux n’étaient pas présents durant l’élection du 12 juin, si bien qu’il n’est pas possible de connaître exactement ce qui s’est passé dans les bureaux de vote. Toutefois, M. Obama a dit qu’un pourcentage important de la population considère ce scrutin comme illégitime.

XS
SM
MD
LG