Liens d'accessibilité

Des milliers d’Iraniens de l’étranger se joignent aux manifestations antigouvernementales


Des Iraniens vivant à l’étranger manifestent, eux aussi, contre les résultats de l’élection présidentielle du 12 juin et la victoire « officielle » du président Mahmoud Ahmadinejad, crédité de 63% des voix. La diaspora iranienne a tenu, ces derniers jours, des réunions populaires à Londres, Stockholm, La Haye et en France.

Des manifestations ont été organisées par le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), une organisation basée en France, dont les activités sont controversées, mais qui est néanmoins considérée comme l’un des plus importants groupes de l’opposition iranienne en exil.

S’exprimant dans un grand stade des environs de l’aéroport Charles De Gaulle, près de Paris, la présidente du CNRI, Maryam Rajavi, a appelé à la fin de la dictature et au respect de la démocratie et des droits de l’Homme.

Ces sentiments ont aussi été exprimés par Manoucher Marashi, poète iranien venu en bus des Pays-Bas pour prendre part à la manifestation. « Le peuple iranien veut le changement depuis plus de trois décennies. Il veut la démocratie, il veut la liberté. Mais ce régime réactionnaire ne le réalise pas. Les jeunes gens veulent la même chose : ils veulent tout simplement une vie meilleure », a-t-il déclaré.

Bien que la diaspora iranienne soit politiquement fractionnée, les manifestations constituent un facteur unificateur, a souligné l’analyste iranien Ardavan Amir-Aslani, qui a récemment publié un livre sur l’Iran. « La diaspora, aujourd’hui, est convaincue que les élections en Iran ont été entachées de fraudes. Vous avez des millions d’Iraniens vivant à l’étranger. La grande majorité d’entre eux ont voté pour Mousavi. La vérité est que Mousavi et Ahmadinejad font partie de la haute élite », a fait remarquer l’analyste.

Les manifestations de masse ne vont peut-être pas changer quelque chose aux résultats de l’élection présidentielle, mais Amir-Aslani est de ceux qui pensent qu’elles pourraient marquer le début d’un réel changement en Iran.

Vendredi, le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que l’élection du 12 juin s’est soldée par « une victoire définitive » pour le président Mahmoud Ahmadinejad. Les résultats officiels, a-t-il dit, traduisent un raz-de-marée « au-delà de tout doute. »

XS
SM
MD
LG